La Guerre des Clans 123
Bienvenue jeune chat sur le territoire de La Guerre des Clans 123.

Inscris-toi vite et viens découvrir la sphère et ses mystères.


Là où le temps s'est arrêté
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Catastrophe naturelle [ME]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


X Messages : 745
X Points Team : 2785

MessageSujet: Catastrophe naturelle [ME]   Sam 14 Mar - 17:52


Frôler la mort.




Lune Glacée se réveilla sur sa litière de mousse, laquelle, à cause du froid mordant, parvenait à peine à le réchauffer et commençait surtout à se tasser. De mauvaise humeur, le félin imposant se redressa et s'étira, il n'était pas très tard mais la plupart de ses camarades étaient déjà sorti dans l'espoir de trouver un quelconque repas pour le clan. Étoile Mélancolique malade, l'ambiance se révélé bien sombre dans le camp. Le félin fit un brin de toilette rapide avant de quitter le camp comme tant d'autres. Il partirait vers la montagnes, lieux bien trop enneiger et donc peu fréquenter. Peut-être y trouverait il donc ses proies ? L'espoir en tout cas, était là.

A une allure poussé, le félin gagna donc la montagne, entamant là ses recherches, avançant dans la neige en usant du maximum de discrétion possible. Un animal imposant, bien plus haut sur son versant attira soudain son attention. Une sorte de chien aux pattes fines se débattait, visiblement enfoncer dans la neige épaisse. Ses hurlements de paniques firent hérisser le poil du matou. Quel proie resteraient en entendant ça ? Aucune évidemment. Mais un grondements plus sourds fit réellement réagir le guerrier. La montagne elle même grognait ! Peu à peu, le rythme cardiaque du félin accéléra, ce qui ne s'améliora nullement quand ses yeux virent la neige se détacher. Elle aller venir droit sur lui ! Le félin s'élança sans réfléchir, droit devant lui. Une première coulée de neige passa dans son dos, à deux ou trois longueurs de queues de renards. Espace suffisant pour lui permettre d'y échapper. Mais quand il s'arrêta pour relever la tête, ce fut pour voir une nouvelle vague blanche, trop proche cependant.

Je regarde cette masse informe qui se jette sur moi, l'instant suivant, je pousse un miaulement effrayé malgré moi, battant des pattes alors que la neige froide me percute avec surement bien plus de vigueur que les monstres du chemin du tonnerre. Je vais mourir, j'en suis sur. Ma patte arrière réagit mal, je le sais, je la sens se tordre et je hurle un instant de douleur avant que la neige ne m'aveugle, envahissant ma gueule. Je ne veux pas mourir. Mes pattes avants battent frénétiquement, et tout d'un coup, je vois un tronc d'arbre devant moi. Mais je suis emporté plus loin et il s'éloigne rapidement. Mon cœur va exploser. J'ai l'impression d'être une souris entre des griffes de chat ! Alors qu'habituellement, c'est moi le chat. Ma patte arrière refuse de bouger et me fait de plus en plus mal, c'est brulant, mais je n'ai pas le temps de m'en occuper car à chaque fois que j'essaye, la neige menace de m'avaler de plus belle. Je doit avoir des abeilles qui me bourdonne dans la cervelle, c'est sur. C'est un cauchemars et je vais me réveiller. Je ferme les yeux quand un nouveau mur blanc frappe mon museau.

L'avalanche se termina, gardant en elle le corps supplicié de Lune Glacée. Pourtant, le coeur du matou se refusa à cesser de battre, prisonnier d'une mince poche d'air au milieu de la neige, il remua un peu. Son oreilles droite en partie déchirée lui arracha un grognement, mais ses deux pattes avant répondirent à son besoin de gratter devant lui. La lumière terne du jour pénétra soudain sa rétine gauche et le félin réalisa qu'il n'y voyait plus de l’œil droit. Pis, il devait se trainer pour faire le moindre geste en avant. Son arrière train entier semblait avoir disparu. En tournant difficilement la tête, il remarqua qu'une de ses pattes pendait mollement, alors que l'autre vaciller, peinant à supporter son poids. Le félin se traina ainsi un long moment avant de reconnaître un terrain familier. En contre-bas, le camp !

Un souffle d’espoir illumina l’œil valide du félin qui se laissa roulé plus bas, laissant dans la neige une ligne de sang vermeil. De nombreux chats se jetèrent soudainement autour de lui. Parmi eux, il reconnu seulement Colère des Cieux avant de perdre connaissance.
Quand il se réveilla, Lune Glacée appris avoir dormi deux jours entier. Immédiatement, le guérisseur lui apporta des graines de pavots, avant d'enfin oser lui demander ce qui lui été arriver.

- Une masse de neige m'a emporté, je ... je n'ai rien pu faire ...
- Tu as une patte arrière brisée, l'autre a failli subir le même sort et visiblement, tu ne vois plus d'un œil. Pour ça, je crois que tu te remettra, mais tu vas devoir rester ici longuement.

Lune Glacée referma les yeux, incapable d'accepter la vérité. Loin d'être une aide pour les siens, il venait de devenir un fardeau pour des lunes entières, pis, le matou ne savait même pas s'il pourrait rester un guerrier. Et avec le Mal Noir, il songeait que Colère des Cieux, malade lui-même, perdait du temps à soigné un guerrier inutile comme lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Catastrophe naturelle [ME]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Catastrophe naturelle en perspective a Petion-Ville
» Passage du Lt Géneral Ken Keen, commandant Sud Américain le mois passé
» catastrophe naturelle à Samoens...
» Reflexions de Castro sur la catastrophe du 12 janvier, émouvant hommage à Haiti
» Teinture naturelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans 123 :: 123 :: Archives :: RP-