La Guerre des Clans 123
Bienvenue jeune chat sur le territoire de La Guerre des Clans 123.

Inscris-toi vite et viens découvrir la sphère et ses mystères.


Là où le temps s'est arrêté
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 L'ultime épreuve ~ Rp évent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


X Messages : 174
X Points Team : 1885

MessageSujet: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Mer 1 Jan - 1:55

«L'ultime épreuve»
Event



Tapis dans la semi-obscurité du crépuscule, chaque chat pouvait entendre les battements de cœur de ses voisins tant le silence était pesant parmi les arbres et les félins serrés les uns contre les autres. Devant eux se trouvait le Chemin du Tonnerre, la Route, qu'ils avaient cru perdre en arrivant à la falaise. Le soulagement de retrouver cet unique point de repère de la prophétie laissa vite place à la sinistre réalité de la situation.

D'énormes monstres noirs passaient, tous feux éteints sur ce chemin. Ils se dirigeaient à pas plus lents que de coutume vers une immense porte de métal qui traversait le mur de verre. Les félins étaient loin, un Bipède n'aurait pu voir ce qui se passait lorsque les monstres atteignaient la porte dans cette obscurité, mais les chats ont les yeux vifs et ils pouvaient tous voir la Porte s'ouvrir le temps de laisser passer le monstre et uniquement lui.

Codage par Rictus 
Toute copie est proscrite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laguerredesclans123.forumactif.org


X Messages : 1108
X Points Team : 2875

MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Ven 3 Jan - 19:11



Le sixième jour 





Pétale de Fleur

Pétale de Fleur observait l'immense porte de fer, paralysée par la peur. Oh ce n'était pas la porte qui l'effrayait, bien qu'elle soit en effet très impressionnante. Assez haute pour empiler trois camions sans que le dernier ne racle le bord, toute en fer, c'était l'image même de la puissance, de l'inflexibilité, de l'ingéniosité des Bipèdes. Mais devant la Porte, d'énormes monstres noirs avançaient, bien plus gros que tous ceux que la Lieutenante avait jamais vus. Et c'était cela qui effrayait tant Pétale de Fleur : comment rejoindre la Porte sans se faire remarquer ni écrabouiller ? La femelle jeta un coup d’œil aux Clans derrière elle. A son Clan. A Petite Mésange et Petit Rossignol tapis à ses pattes. Tous avaient peur. tous rageaient de ne pas pouvoir atteindre le paradis qu'ils avaient aperçu derrière la paroi de verre. Pour eux, il fallait trouver une solution. Impérativement.

Pétale de Fleur se remit donc à observer les monstres de jais en essayant de faire taire la peur qui l'empêchait de se concentrer. Elle remarqua trois détails troublants. Premièrement, leurs yeux étaient éteints alors que la nuit tombait. Sur leurs anciens territoires, les monstres émettaient une forte lueur par leurs yeux, sans doute avaient-ils mauvaise vue. Deuxièmement, ils allaient bien plus lentement que les monstres ordinaires. Troisièmement, l'espace entre le ventre des monstres et le sol était assez grand. Alors une idée germa dans l'esprit de Pétale de Fleur. Une idée folle. Une idée intrépide. Très intrépide, voir quasi suicidaire. Mais elle ne voyait que ça à faire. C'était leur seule chance. Contrôlant le tremblement de sa voix, la au pelage brun-doré se tourna vers les Clans.

- Je crois avoir trouvé une solution, miaula-t-elle aussi fort qu'elle le pouvait, mais elle est extrêmement dangereuse. Observez bien les monstres. Ils sont plus lents que ceux ordinaires. Et regardez en-dessous de leur ventre, il y a de l'espace. Voilà mon idée : nous pourrions essayer de nous glisser sous ces créatures. Le risque est de nous faire percuter avant de nous y glisser. Après, il suffit de rester bien au milieu entre leurs pattes et d'avancer rapidement en ligne droite car c'est ce qu'ils font. Ainsi, nous resterons toujours à l'abri sous eux et leurs pattes ne déviant pas nous ne courrons presque plus de risque. Cependant, il faut être prudent à ne pas se faire voir et à être rapide lorsque nous effectuerons cette opération. Ceux qui ont trop peur pour se glisser en-dessous, restez le plus proche des monstres mais sachez que cela est encore plus dangereux. Les Guerriers les plus forts aideront les Anciens et les porteront en cas de besoin. Tout le monde participera à porter les Chatons. Chaque Apprenti devra être accompagné. Est-ce clair ?

Pétale de Fleur sentit que si c'était bien clair, c'était loin de rassurer les troupes. L'odeur de la peur s'était considérablement intensifiée au cours de son discours et les regards qu'on lui lançait voulaient tout dire. Ils n'oseraient pas. Il fallait leur prouver que cette idée marchait. Et la preuve, c'était à elle de la donner.

- Très bien, je passerai la première pour prouver que tout se passera bien.

Ces paroles provoquèrent de l'agitation parmi les rangs mais Pétale de Fleur ne s'en soucia pas. elle se baissa vers ses petits et leur souffla avec douceur :

- Je dois le faire pour les Clans et pour vous aussi sinon nous n'entrerons jamais dans cette sphère. restez ici. Si les Clans voient que tout se passe bien, ils essaieront à leur tour, quelqu'un vous prendra en charge comme je l'ai dit. Vous n'avez qu'à aller voir Reflet Argenté, Psycho ou Chant des Loups. Surtout, dites-leur bien que je m'excuse, j'ai été injuste avec eux. A plus tard mes petits, je vous aime.

Puis, après avoir inspiré longuement et lancé au moins une douzaine de prières au Clan des Etoiles, Pétale de Fleur se dirigea vers le long ruban de bitume qui pénétrait dans la sphère.


Codage by Rictus pour  Artémousse de LGDC 123
Toute copie interdite

_________________


Mes persos:
 
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Protecteur de 123
Protecteur de 123

avatar


X Messages : 164
X Points Team : 1716

MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Sam 4 Jan - 0:12

Soleil d'Argent observait avec inquiétude la porte de fer. Elle semblait insurmontable, noire dans la nuit glaciale, et les monstres qui la traversait étaient bien plus effrayants que ceux qu'il avaient vus depuis leur départ. Silencieux, le matou tourna son regard vers les membres de son Clan. Les plus jeunes étaient blottis les uns contre les autres, portant un regard terrifié sur le ruban gris cendré qui sentait la pollution et la mort. Les guerriers, eux, semblaient se concerter.
Il se leva et fit quelques pas vers les membres des autres clans se demandant ce que les chefs allaient décider, mais à sa surprise, ce fut une Reine du Clan de la Rivière, Pétale de Fleur, qui prit la parole.

- Je crois avoir trouvé une solution, miaula-t-elle aussi fort qu'elle le pouvait, mais elle est extrêmement dangereuse. Observez bien les monstres. Ils sont plus lents que ceux ordinaires. Et regardez en-dessous de leur ventre, il y a de l'espace. Voilà mon idée : nous pourrions essayer de nous glisser sous ces créatures. Le risque est de nous faire percuter avant de nous y glisser. Après, il suffit de rester bien au milieu entre leurs pattes et d'avancer rapidement en ligne droite car c'est ce qu'ils font. Ainsi, nous resterons toujours à l'abri sous eux et leurs pattes ne déviant pas nous ne courrons presque plus de risque. Cependant, il faut être prudent à ne pas se faire voir et à être rapide lorsque nous effectuerons cette opération. Ceux qui ont trop peur pour se glisser en-dessous, restez le plus proche des monstres mais sachez que cela est encore plus dangereux. Les Guerriers les plus forts aideront les Anciens et les porteront en cas de besoin. Tout le monde participera à porter les Chatons. Chaque Apprenti devra être accompagné. Est-ce clair ?

Sunny la fixa, soudain empli de peur. Oui, sa solution paraissait logique, mais elle était aussi incroyablement dangereuse ! Il jeta un coup d’œil derrière lui, et vit les yeux des félins briller dans l'obscurité. Il sentit l'odeur de la peur se faire plus forte, et hésita. Il se devait d'être fort pour son Clan, et la prophétie se devait d'être accomplie. Cependant, l'instinct de survie restait plus fort, et il ne pouvait s'empêcher d'être effrayé. Il entendit à peine Pétale de Fleur annoncer qu'elle partait en premier, puis dire au revoir à ses petits. Au revoir, ou adieu ? Soleil d'Argent trépigna, lança un nouveau regard vers son Clan, puis se décida.

- Elle a raison. Nous devrions la suivre.

Le guerrier au poil cendré put discerner l'hésitation sur les museaux de ses congénères. Il se retourna vers la route, à la suite de Pétale de Fleur, et tenta de se donner du courage. Levant les yeux vers les étoiles qui brillaient de tous leurs feux, il pria.

- Guerriers du Clan des Étoiles, s'il vous plaît, protégez-nous.

Tous les poils hérissés par la peur, il se dirigea tout de même courageusement vers la guerrière au poil ambré, et se posta à ses côtés, attendant qu'un monstre passe. Le regard fixé sur la route, il pouvait sentir la respiration de Pétale de Fleur à sa gauche, et se concentra sur elle, prêt à bondir. Un monstre approchait. Il banda ses muscles, et lorsque la bête noire fut presque à son niveau, il courut se positionner sous elle. Et, alors qu'il parvenait sous son ventre, il songea qu'à présents, ils étaient seuls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 1870
X Points Team : 3209

MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Sam 4 Jan - 0:16

Cadratin Mélancolique observait la porte avec attention. Ses contours de fer luisants dans les ténèbres grandissantes pareil à un éclat de lune sur la griffe féroce d'un Guerrier, son allure de gouffre sans fond,  le bruit à la fois sourd et grinçant du métal bien huilé lorsqu'elle s'ouvrait... Tout dans cette porte lui était étranger, il n'avait et n'aurais jamais pu voir quelque chose de similaire. Pourtant en une seconde, comme la majorité des félins de l'assistance, il avait compris comment cela marchais et cela ne lui plaisait pas.

Pendant que Pétale de Fleurs était en train d'exposer son plan aux autres, le presque-chef n'écouta pas, il ne pouvait s'empêcher de fixer la porte, incapable d'en décrocher les yeux. Quelque chose le mettait en garde, mais quoi et surtout contre quoi ?

Alors que la lieutenante de la Rivière s'apprêtait à franchir la porte, le matou brun et noir fut pris d'un élan subit et miaula un retentissant :

– Arrête !

Un autre chat d'un Clan que le matou ne prit même pas la peine d'identifier se précipitait déjà sous un monstre. D'un élan vif, Cadratin Mélancolique parvint de justesse à lui écraser la queue sur le bitume, coupant court à sa course désespérée. Le chat n'avait dut passer qu'une seconde ou deux sous le monstre qui venait de disparaître derrière le métal.

– Arrêtez tous !

Le félin fit passer son regard sur tous les chats assemblés, pour s'assurer qu'ils l'écoutaient bien tous. Il allait encore se faire traiter de tous les noms. Il entendait déjà les petites pensées timides de ceux qui feraient bientôt courir la rumeur qu'il agissait par peur de perdre son pouvoir de leader.

– Il y a quelque chose qui ne va pas, je le sens. C'est presque... trop facile.

– Trop facile ! s'exclama une voix. Il y a des monstres énormes qui sont prêts à nous écraser à tout instant sans parler de cette... porte qui ne s'ouvre que quand elle veut !

Cadratin Mélancolique n'eut même pas à tendre l'oreille pour reconnaître la voix de son fils, Nuage de Secret semblait avoir abandonné son mutisme à l'égard du matou, le félin de l'Ombre regrettait simplement que ce fut à un si mauvais moment.

– Justement ! feula le félin. Cette porte ne restera pas toujours ouvert et nous ignorons combien de monstres passerons par ici. Que ferez vous si à la moitié des chats qui auront passés cette chose plus aucun monstre ne vient ? Attendrez-vous devant cette vitre ? Regarderez-vous les chanceux circuler sains et sauf tandis que vous dépérirez avec le monde ?

– Moi ce que je vois c'est que tu nous as fait perdre un monstre !

Cette voix-là, Cadratin Mélancolique ne la connaissait pas, mais il ne perdit pas son temps à chercher.

– Nous devons trouver un autre moyen de passer, un moyen qui nous permettrais de passer à plusieurs en même temps. Et quand je dis plusieurs, je ne parle pas de deux chats, mais de groupes nombreux, plus nombreux que des patrouilles et dans tout les cas, il est tout à fait impensable qu'un lieutenant passe en premier.

Le félin fusilla du regard Pétale de Fleurs. Il venait de trouver un bon argument, mais son seul intérêt était de gagner du temps.

– Nous ne pouvons pas entrer n'importe comment. Si un lieutenant de la Rivière passais la porte en premier, ce serais comme si la Rivière se déclarais maître de ce futur territoire. Je sais qu'aucun de nous ne le tolérerait en tout cas je ne le tolérerais pas et je doute que la Rivière désire que l'Ombre lui déclare la guerre. Nous devons envoyer des émissaires, des guerriers rapides et surtout intelligents. Peut-être qu'il existe de l'autre côté de cette porte un moyen de la maintenir ouverte et que nous pourrions l'actionner. Ce n'est qu'une idée, mais je sens que quelque chose cloche, on ne peut pas faire ça à la légère.

Soudain, une tornade de fourrure noire fila juste à côté du matou brun pour s'élancer vers la porte. Il n'y avait pourtant aucun monstre à l'horizon, aucune raison pour qu'un chat se soit lancer en avant si ce n'est par désir de mourir. Cadratin Mélancolique sut pourtant que ce n'était pas pour cette raison que le chat s'était élancé. Elle avait dut penser que la porte fonctionnait sur le même principe que celle de l'aquarium, qu'elle s'ouvrait en présence de mouvement, il y avait pensé aussi, mais aurait voulut qu'un autre le vérifier, car des ombres de la nuit venait de surgir un monstre noir et silencieux comme la mort. Hélas c'était trop tard et il sentit son coeur partir en lambeau à la seconde où il se mit à crier son nom, de ce cri de désespoir que seuls savent pousser les pères qui regardent impuissants les pires heures de leurs vies.

– Vérité !

La jeune chatte noire aux yeux vairons filait comme le vent sur la route déserte. La queue droite, ses petites pattes fines frappant le sol noir d'un rythme silencieux et rapide comme le galop d'une souris qui vient de repérer un aigle. Elle n'était pas si loin de la porte, quelques pas seulement. Peut-être qu'avec assez de vitesse le lourd battant de métal s'ouvrirait. Cela avait marché pour Cadratin Mélancolique lorsqu'il avait passé la porte de l'aquarium et c'était une construction bipède. Elle savait que le guerrier brun n'aurait pas arrêté les autres s'il n'avait pas cru qu'il existait une meilleure solution et c'était sans doute à celle-ci qu'il pensait, elle le trouvait juste trop maladroit avec les mots, dommage, il s'en sortait bien d'habitude, et s'était dit qu'il passerait des heures à faire comprendre aux autres ce à quoi il pensait. C'était ça l'ennuis avec le politiquement correcte, impossible de dire ce que l'on pense sans qu'une série de rabat-joie vous tienne la patte des heures durant. Nuage de Vérité n'avait pas ce problème, elle venait des Ténèbres, fille d'un ancien chef des Ténèbres, Etoile des Coeurs Perdus le chat à la langue bien pendue capable de charmer une Guerrière par un simple regard, de se faire respecter des félins sans âmes, de parler sans mots, de pleurer et tuer un chat d'un simple coup de griffe. Cadratin Mélancolique ? Bof, il ne lui arrivait pas à la cheville. Tout juste bon à bavasser et contrarier les jolies lieutenantes. Elle était presque prête à parier qu'il en pinçait pour Pétale de Fleurs. Non, le seul chat qui méritait le respect de la novice couleur de nuit était celui à qui elle devait la vie et, en cette instant, elle ne pouvait penser qu'à lui et à son sang qui coulait dans ses veines, le sang qui lui ordonnait de faire ce que sa conscience lui dictait au mépris du danger et des bonnes manières. Et oui, Nuage de Vérité pensait à tout cela en courant sur la route, cela ne dura que deux secondes avant qu'elle n'atteigne la porte, mais la pensée court bien plus vite que les pattes.

Dans un choc violent, Nuage de Vérité heurta la porte, rebondissant d'une longueur de queue en arrière. Par chance, elle avait frappée le métal par le poitrail, sa tête n'avait rien et, mis à part que ses poumons s'étaient entièrement vidés de leur air, elle n'avait pas eu trop de dommages. Alors qu'elle se tenait assise sur la route, les pattes écartées et la tête basse en quête de son souffle, elle remarqua une forme noire qui lui fonçait dessus, une énorme silhouette qui ne faisait que grossir à une vitesse alarmante. Nuage de Vérité sentie la panique la gagner, elle n'avait plus d'air, plus de carburant pour courir. Le monstre l'écraserait contre la porte, à mais non, la porte s'ouvrirait.

La jeune chatte tourna la tête vers le métal tandis que grondait derrière elle le bruit sourd des pattes du monstre brûlants sur le goudron. Il n'était plus qu'à une longueur de queue et le temps sembla s'être allongé. La jeune chatte vit le lourd battant de fer se soulever dans un bruit de pneumatique qu'elle ne connaissait pas encore. La forme étrangement lumineuse d'une lampe de bipède dans un coin attira son regard. Elle cligna des paupières, sentit un souffle chaud dans son dos et tourna la tête, droit devant elle. La lumière était trop pâle pour que les autres puissent la voir de l'extérieur, le temps avant que le monstre ne soit totalement entré trop bref pour qu'ils réalisent l'étendue du danger. Mais pour Vérité qui voyait le temps au ralentit, il n'était pas dure de remarquer que derrière la porte se trouvait un autre monstre, assez loin d'elle, à l'arrêt. Elle arrivait à en voir chaque détail, même la curieuse image d'une petite silhouette de tête de chat sur l'arrière du monstre. Comme s'était drôle... Elle en prendrait la place bientôt, lorsque le monstre derrière elle l'aurait écrasé contre celui qui se trouvait devant. Nuage de Vérité entendit son coeur battre et ce bruit la surpris tandis que la porte était à mi-hauteur. Moins d'une demie-seconde avant l'impacte. Et puis soudain.

Une lourde pression s'abattit sur les épaules de la chatte noire qui se sentit propulsée en avant, dans la direction de la lampe de bipède et pas dans celle du monstre. La chatte roula dans la poussière, hors de danger. Elle eut tout juste le temps d’apercevoir le museau blanc et roux de Nuage de Comète et l'expression étrange qu'il avait, un mélange de soulagement, de peur et de terrible chagrin et derrière le jeune chat bicolore la roue énorme d'un monstre. Nuage de Vérité entendit deux chocs, vit le corps du jeune chat rebondir dans l'herbe, du mauvais côté de la porte. Elle le regarda et trouva cela absurde, tout à fait absurde, mais à la seconde où la porte se referma, elle eut l'impression de mourir et lorsque la longue colonne de chats en fuite disparue de son champ de vision et qu'elle disparue du leur, Nuage de Vérité sentit une étrange torpeur la gagnée. Elle crut que c'était à cause du choc, parce qu'elle avait été heurtée par un monstre et avait rebondit dans l'herbe, elle vit un gaz, sentit une drôle d'odeur et s'endormit dans un sommeil profond.

Nuage de Comète sentit une première douleur dans ses reins, suivit d'une subite accélération. Il n'eut même pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait qu'il entra en collision de plein fouet avec l'un des côtés de la porte. Son corps lourd se disloqua contre le fer, la cage thoracique d'abord, puis la nuque il en était sûr et sans doute autre chose. Il ne se sentit planer une seconde avant de s'écraser lourdement dans l'herbe tendre. Oh oui tendre... ce mot était si faible comparé à ce qu'il ressentait sous corps, c'était plus tendre que la tendresse, plus chaud qu'un soleil d'été, plus doux qu'une fourrure bien aimée. Elle était sauvée, il avait accomplit son devoir, il pouvait mourir maintenant.

Le félin bicolore sentit ses pattes cogner l'une contre l'autre, il reposait sur le flanc, chaque partie de son corps affreusement douloureuse. Un liquide poisseux lui coulait dans le dos, sur le poitrail, entre les crocs et les oreilles, il y en avait même qui lui tombait sur les yeux et ce fut seulement lorsqu'il se rendit compte que cela était rouge qu'il songea qu'il devait avoir un problème.

Cadratin Mélancolique restait figé, le regard perdu sur le froid métal de la porte. L'étrange sensation était passée, le plan de Pétale de Fleurs lui semblait désormais la meilleure des idées. Ses yeux glissèrent vers le corps inerte de Nuage de Comète et il sentit ses pattes tremblées, la sueur couler sous son poil.

"Qu'ai-je fait ?" se répétait-il en boucle. "Qu'ai-je fait ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Protecteur de 123
Protecteur de 123

avatar


X Messages : 164
X Points Team : 1716

MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Sam 4 Jan - 2:49

Soleil d'Argent sentit soudain une patte se poser sur sa queue, et il fut violemment tiré en arrière. Sonné, il eut à peine le temps de sauter sur le bas côté pour éviter se prendre l'énorme roue, entendant comme dans un brouillard la voix de son chef.

- Arrêtez tous !

Le guerrier cligna des yeux, encore sous le choc, et se tourna vers l'autre chat. Cadratin Mélancolique, gardant sa position de leader, parcourait le groupe du regard. Sunny s'assit pour écouter ce que l'autre avait a dire, le fixant calmement de ses yeux verts.

- Il y a quelque chose qui ne va pas, je le sens. C'est presque... trop facile.

- Trop facile ! s'exclama une voix. Il y a des monstres énormes qui sont prêts à nous écraser à tout instant sans parler de cette... porte qui ne s'ouvre que quand elle veut !

Soleil d'Argent tourna son regard vers le jeune chat qui avait pris la parole. Il reconnut bientôt Nuage de Secret, un apprenti du Clan des Ténèbres. Le jeune chat semblait furieux, et il devait avouer que lui aussi ne comprenait pas pourquoi le guerrier brun les avait interrompus. Et au vu des regard haineux de certains félins, il comprit que tous se posaient la même question. Il reporta son attention sur Cadratin, qui continuait à parler.

-Justement !Cette porte ne restera pas toujours ouverte et nous ignorons combien de monstres passerons par ici. Que ferez vous si à la moitié des chats qui auront passés cette chose plus aucun monstre ne vient ? Attendrez-vous devant cette vitre ? Regarderez-vous les chanceux circuler sains et sauf tandis que vous dépérirez avec le monde ?

– Moi ce que je vois c'est que tu nous as fait perdre un monstre !

Soleil d'Argent chercha rapidement l'auteur de cette phrase, sans le reconnaître. Cependant, il sentit que ce n'était que l'expression de l'opinion du plus grand nombre. Y compris la sienne. Malgré tout, il connaissait son chef. Il devait y avoir une raison qui l'aie poussé à les stopper. Cadratin Mélancolique n'était pas stupide.

– Nous devons trouver un autre moyen de passer, un moyen qui nous permettrais de passer à plusieurs en même temps. Et quand je dis plusieurs, je ne parle pas de deux chats, mais de groupes nombreux, plus nombreux que des patrouilles et dans tout les cas, il est tout à fait impensable qu'un lieutenant passe en premier. Nous ne pouvons pas entrer n'importe comment. Si un lieutenant de la Rivière passait la porte en premier, ce serais comme si la Rivière se déclarait maître de ce futur territoire. Je sais qu'aucun de nous ne le tolérerait en tout cas je ne le tolérerais pas et je doute que la Rivière désire que l'Ombre lui déclare la guerre. Nous devons envoyer des émissaires, des guerriers rapides et surtout intelligents. Peut-être qu'il existe de l'autre côté de cette porte un moyen de la maintenir ouverte et que nous pourrions l'actionner. Ce n'est qu'une idée, mais je sens que quelque chose cloche, on ne peut pas faire ça à la légère.

Alors que Sunny réfléchissait aux paroles prononcées, un éclair noir traversa la masse de félins pour s'élancer vers la route. Puis ce fut un enchaînement d’événements dont le guerrier gris fut le témoin horrifié. Il entendit le cri terrible de son chef, et ne put s'empêcher de le fixer. C'était le cri déchirant du parent impuissant. Mais Cadratin n'était pas le père de Nuage de Vérité. Non ? L'apprenti rebondit contre la porte, alors qu'un monstre arrivait, et un autre chat se précipita vers elle. Un autre apprenti, Nuage de Comète. Il la poussa, lui faisant passer la porte, et se prit le monstre de plein fouet.

Puis ce fut le silence.

Immédiatement, Soleil d'Argent se tourna vers le chat brun ; Cadratin Mélancolique fixait la porte, tremblant, comme tétanisé, puis il regarda Comète d'un air horrifié. Sunny sentit toute sa terreur. Mais de quoi ? Avec hésitation, il se dirigea vers lui, puis s'arrêta, incapable de prendre une décision. Que faire ? Il songea à Nuage de Comète. Le jeune chat était-il mort ? Les Clans semblaient tétanisés, la peur de chacun devenant insoutenable. Il s'approcha un peu plus de Cadratin, laissant sa queue effleurer doucement le dos du matou, dans un geste vain d'apaisement. Il savait que ça ne servait à rien, mais ne pouvait s'empêcher.

Soleil d'Argent se décida finalement, et se dirigea lentement vers la route. Il devait vérifier si Comète était mort. Il avait beau être d'un autre Clan, une vie était une vie. Surtout après tout ce qu'ils avaient traversé. Alors qu'il s'apprêtait à traverser, un éclair gris lui passa devant, manquant de le faire tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 11
X Points Team : 1488

MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Sam 4 Jan - 3:03


La fin du voyage...?


Le battement répété des cœurs effrayés. C'est cette simple mélodie qui le sortit du brouillard dans lequel il se trouvait empêtré. D'un coup, c'était comme si il était sortit d'une eau glacée et qu'il respirait enfin l'air du dehors. Son cœur et son esprit s'était fermé, il ne parlait plus depuis bientôt...quoi... deux jours? Trois? Peut-être plus? Même le temps semblait être une notion mystérieuse. Les clans s'étaient arrêtés, là, et tous regardaient un point fixe, mais lui ne fixait que l'horizon lointain. Et au loin se dressait une vague de souvenirs. Depuis quand était-il ainsi refermé sur lui même? Et pourquoi les clans étaient ils en effectif si réduit, après un voyage lancé après...une prophétie?

La prophétie de l'étrange chat, le Murmure. Tous les clans s'étaient lancés sur la route, suivant une piste étoilée qui elle même suivait un chemin du tonnerre. Les félins avaient ensuite passer la nuit chacun de leur coté. Le gel...le froid et sa morsure mortelle s'en était donné à coeur joie cette nuit là. Ces rêveurs qui étaient partis, perdu dans un dernier sommeil éternel, chassant avec leurs ancêtres dans la toison argentée. La journée qui s'en suivit cependant, ne partait pas si mal pour lui. Aucun de ses amis n'était mort de froid, puis il avait courut pour rentrer tête la première dans son chef et mentor qui ne lui en avait pas voulut, pas le moins du monde. Et puis...il y a eu cette dispute. Cette colère ambiante, ces cris qu'il n'avait pas écouté, trop occupé à enfouir comme il pouvait sa douleur au fond de son coeur. Déjà à ce moment, il lui était plus facile d'enfoncer volontairement sa tête dans la brume pour s'étouffer. L'alliance précaire entre les clans commençaient déjà à s'effriter à ce moment...et ce n'était que le début.

La marche avait reprise, par la suite. Avancer, toujours avancer, suivre le convoi des monstres bipèdes, des monstres noirs et inquiétants qui étaient aveugles dans la nuit, sans leur étrange lumière qui représentait leur vision.  Et puis, vers le soir, le soleil décida de faire demi-tour. Un clan dans son ensemble, qui refusa de continuer et tournait son regard vers le passé, vers la ville...la ville qui était pour eux le seul et unique espoir réel. Après tout, pourquoi courir après des fables, des prophéties, quand la vraie survie attendait, là, derrière. Le clan du soleil...leur soleil mourant. Le soleil du désespoir qu'ils affectionnaient, de leur regard embué par le doute. Mais le doute n'était pas seulement dans leur coeur à eux. C'était l'affliction de tous. Et leur départ acheva les clans pour le restant de la journée.  Et encore...ils n'avaient pas idée de ce qui les attendait, cette nuit là. Cette nuit où...

Quelqu'un parlait.  Un miaulement fort et audible qui l'extirpa des rêves dans lesquels il était embourbé. C'était une guerrière au pelage dont il n'arriva pas à distinguer la couleur. Son odeur avait un relent lointain, Ô combien lointain d'eau...clan de la rivière. Au fil de ses explications, Nuage de Brume se surprit à l'écouter avec attention. Certes...se glisser sous les monstres étaient dangereux, mais avaient-ils vraiment le choix? Face à cette immense porte de fer qui cachait derrière elle un paradis? Leur utopie? Cette structure de métal dont les créateurs étaient les bipèdes. Ces bipèdes qui avait placé tout autour d'un endroit dont ils avaient entraperçu la couleur, au travers d'un mur transparent et invisible. Alors que la chatte continuait sur ses avertissements, sur le fait que tout le monde devait faire attention, lui n'écoutait plus. Son attention s'était portée rapidement sur la longue file de monstres, qui se suivaient, les uns à la suite des autres. Ces monstres noirs gigantesques...une telle cohorte rappelait d'autre souvenir à son esprit. C'était il y a longtemps, à cette époque il n'était encore qu'un chaton...abandonné par ses maîtres. Du haut d'une colline il avait observé une horde de ces monstres, grondant et rugissant, ruant au maximum de leur vitesse sur un chemin de goudron. Le simple fait d'imaginer se retrouver face à une telle horde se réveillant...l'emplit d'effroi.

L'effroi, c'était une émotion, un sentiment qu'il connaissait bien désormais. C'était cette même chose qui l'avait pétrifié alors qu'un fou se faisait écraser par un immense serpent de métal en une scène dont il ne se rappelait plus. Une telle horreur dont son esprit n'avait put accepter la véracité. Et l'effroi qui l'avait pétrifié ce même soir. Le soir où il s'était fermé pour de bon. Le soir même du départ du Soleil, des belettes attaquèrent, alors que le sommeil commençaient tout juste à venir. Les guerriers et vétérans parlaient, et parlent toujours d'un combat, d'une formidable escarmouche. Mais eux...eux n'avaient pas ressentis la souffrance, si? Pour Nuage de Brume, ce soir là restera à jamais une boucherie, un carnage, un bain de sang...de sang innocent. Voir la plupart de ses camarades mourir a coté de soi, sans pouvoir rien y faire. Voir le sang, les morsures...entendre le tumulte et entendre le son du combat, de la survie, au plus profond de son être comme un rythme pesant qui ne veut pas s'arrêter, remontant jusqu'aux oreilles, le sang vibrant au rythme des battements de coeur affolés.  Et puis, alors qu'il avait échappé à la morsure d'une belette...il s'était jeté vers celle qu'il aimait.

Quel était son nom...son nom...il devait se souvenir! Un souvenir. Même l'oubli avait prit le nom de sa plus proche amie, de celle qui retenait prisonnier son coeur. Ou bien était-ce lui qui l'avait offert à l'oubli? Peut-être était-ce cela...l'oubli était si amical envers ceux qui souffraient. L'oubli et le froid...glacial...c'était les seuls remèdes qu'il avait trouvé pour adoucir les jours qui avaient suivis. Et, lentement, il était tombé dans un abysse. Son nom...Petite Mandarine. C'était sûrement ça. Ou bien était-elle passée apprentie entre temps? Un trou de mémoire...mais il savait qu'il l'avait vu vivante à ce moment, pour la dernière fois, avant qu'un coup de griffe ne s'attaque à sa gorge. Avant qu'un fluide écarlate n'en sorte et qu'il finisse au sol, tétanisé par une vision qu'il ne pouvait accepté...une fois de plus. Un combat...un véritable massacre, oui.  Ce soir là, on pleurait les morts. Tous les clans pleuraient leurs défunts. Et lui s'était endormit, dans le froid, entouré de quelques camarades morts, et a coté du corps sans vie de celle qu'il avait aimé. Autour, les murmures inquiets et emplis de doutes des guerriers empêchait le silence de s'installer.  On aurait pu croire que cet épisode allait rapprocher les clans. Sur le coup, il aurait bien voulut en rire. C'était idiot, stupide, absurde. Ce n'était pas ça qui allait faire naître l'entraide...

Car dés le lendemain, le désespoir mena la danse, riant. Des guerriers qui pensaient détenir la vérité attaquèrent ceux qui menaient la marche. "Retourner en arrière", "En arrière", "Arrière"...c'était les mots qu'ils criaient, miaulaient avec rage. Lui s'était tenu à l'écart, la tête baissé, écoutant juste le combat...les duels. Qu'aurait-il pu faire, simple apprenti? C'était la fatalité, la simple fatalité. Et alors que la colère et la rage emplissait l'air, un horrible craquement se fit entendre. Celui des os et de la chair. Un chef venait de passer sous les roues d'un monstre bipède. A ce moment précis, il s'était rappelé du fou, du serpent de métal, de sa mort rapide...ce n'était pas le cas. Et la peur et la mort avait remplacé la colère et la rage. Un étrange silence s'installa pendant ce qui sembla être une année. Et puis...les clans reprirent la marche, après avoir pleuré le chef défunt.

Le drame l'avait définitivement fermé. La solitude lui rongeait le coeur et l'esprit telle une ronce glaciale s'enroulant autour de sa gorge. Bien sûr, il se souvint de la voix de son mentor...du pelage roux de Nuage de Comète contre le siens pour le réconforter. Le silence était sa seule et unique réponse, face aux évènements. Face à la vie en générale. Face au désespoir. Oui, il ne comprenait pas les clans. Pourquoi étaient-ils si distant, alors que l'unité aurait du être le mot d'ordre? Pourquoi ces combats, ces murmures incessants supputant les choses les plus incertaines? Pourquoi ce doute, cette peur constante de l'avenir qui les écartaient les uns des autres? Au final, il avait finit par croire qu'aucune flamme ne pouvait réunir les clans. Aucune chaleur ne pouvait naître pour qu'enfin ils s'aperçoivent que l'entraide était nécessaire. Mais peut-être avait-il été aveugle...plongé dans la brume, ses yeux embrumés par l'incertitude et le désespoir. Peut-être avait-il manqué les étincelles qui aurait put le réveiller plus tôt. L'ascension des falaises était là aussi très dangereux. Plusieurs d'entre eux tombèrent dans des gorges sans fonds, sur des pics acérés. Qui guidait? Il ne savait plus. Suivant la marche comme un monstre bipède fatigué suivant le goudron, il marchait, et marchait...et grimpait...sans but.

Des guerriers et vétérans comblaient le vide des chefs, qui étaient bien trop concentrés à essayer de chercher un point de repère dans cet immense désert de roche. La mort allait-elle venir de cette immense étendue de rocaille à perte de vue? Ils le pensaient tous. Jusqu'à ce qu'enfin...une paroi invisible ne les arrête. Qu'ils descendent, que la joie remplace la peur de l'avenir. Et désormais...ils se trouvaient là, tous, face à cette porte d'acier, qui s'ouvrait pour laisser passer les monstres, pour les accueillir sur leur terre promise.

Désormais, c'était à eux de passer. Tous tremblaient de peur face à l'idée de passer sous les monstres, d'approcher ces choses pouvant tuer un chat d'un coup. Alors, la guerrière de la rivière déclama qu'elle passerait la première. Tout le monde fut surpris, mais pas lui. Nuage de Brume, en lieu et place de parler aux autres, fixait la guerrière. Elle toucha quelques mots à des chatons, qui devaient sûrement être ses petits. Son sang ne fit qu'un tour. C'était terrible si elle perdait la vie à ce moment là. Elle qui était si courageuse...a un tel point qu'elle acceptait de ne plus revoir ses petits. Non...il ne pouvait accepter que cela se produise. Pas après tant de malheurs. Lui n'avait rien à perdre. Beaucoup ici n'avait rien à perdre.

Le jeune apprenti au pelage gris se leva et commença à se glisser à la suite de la guerrière. Il entendit bien son mentor le rappeler à l'ordre, mais il s'en fichait, il l'ignora. Mais a peine était-il partit qu'il voyait déjà un jeune guerrier le devancer. Puis un bruit de course effrénée. Se figeant sur place, il vit Cadratin Mélancolique filer à toute allure pour arrêter les deux félins. S'en suivit alors une longue, longue explication. Certains élevèrent leurs voix pour crier au scandale. Mais personne d'autre n'intervint. Nuage de Brume devait avouer que le chef de l'ombre marquait certains points. Cependant...ce n'était pas à rester ainsi et tout préparer que cela arrangerait les choses. Par le clan des étoiles, pourquoi s'attardait-il sur qui entrerait en premier? Nuage de brume ne put s'empêcher de lancer :

-Pourquoi toujours ressasser ces absurdes histoires de clans au moment où nous devons tous nous unir?! N'est-il pas plus important que tout le monde s'en sorte vivant? Ou bien êtes vous tous à vouloir garder votre petite part personnelle?!

La fin de sa phrase était adressée à tout le monde, et alors qu'il la terminait, un éclair passa devant lui. Un félin...qui fonçait...vite...très vite.Il entendit parfaitement le cri du chef de l'ombre. Mais la scène pour lui ne se déroula pas au même rythme que les autres, non, tout arriva très vite. Trop vite. La course de la jeune féline, le monstre...et puis Nuage de Comète. C'est à partir de ce moment là que le temps s'arrêta. Comète...son ami...le monstre.

-Non...non...non,non,non!

Au diable la réflexion. Même si son mentor l'avait retenu par la queue à ce moment précis, il n'aurait sûrement pas réussi à l'arrêter. Durant ce voyage, il avait perdu presque tous ses amis, une bonne partie de ses camarades de clan, Petite Mandarine et maintenant un monstre venait de renverser son meilleur ami? Même sa vie lui semblait bien maigre à coté de celle de l'apprenti des ténèbres. Le perdre lui, et il ne serait plus qu'une loque, une coquille vide. Au moins pouvait-il encore le sauver....il l'espérait. Le jeune chat fila, dépassant le chef de l'ombre tétanisé à qui il ne daigna même pas jeté un regard, même si il était sûrement le seul a entrevoir ce qui se trouvait au fond de lui, ce qu'il avait créé par pur réflexe face à l'horreur dont il avait été le spectateur. Il dépassa également la lieutenante de la rivière, et le guerrier des ténèbres. D'un bond, il se retrouva sur le bitume qui s'attaqua a ses pattes et le fit souffrir. De là où il était, les cris et miaulements des félins apeurés ne lui parvinrent pas et de toute façon, qu'auraient-ils pu faire? Peut-être était-il comme des chatons face à une abeille, pensant que celle-ci était une guêpe tueuse. Silencieux et pourtant bruyant, sa course le mena rapidement à son ami. Son corps légèrement tordu lui rappelait de mauvais souvenir...mais ce n'était pas le moment. Après avoir heurté l'apprenti, le monstre avait fait s'ouvrir la porte. Peu importe comment fonctionnait ce mécanisme étrange fabriqué par ces cauchemars qu'étaient les bipèdes, la porte était ouverte et c'était tout ce qui importait. Passer la porte.

-Comète...comète c'est moi, Nuage de Brume, tiens bon, je vais te sortir de là!

Saisissant son ami par la peau du coup, ne vérifiant même pas si il était encore vivant, il commença à le trainer vers la porte. L'affaire était beaucoup plus compliqué que ce qu'il avait put imaginer, à vrai dire. L'apprenti gris était peut-être agile, mais la force n'était pas son point fort, il peinait à trainer son ami et déjà un nouveau monstre arrivait, grondant doucement...ombre mortelle et imposante qui se dirigeait droit sur eux. Tout d'abord, il pensa que c'était la fin, qu'il allait peut-être mourir avec Comète. Cette idée ne lui était pas désagréable. La souffrance et la solitude disparaîtraient, après tout, il ne mourrait pas seul.

Mais...n'étant pas originaire des clans...monterait-il aux étoiles? A quoi était-il destiné, lui qui était intrus parmi les chats nés dans un clan? La peur lui noua l'estomac. Se glisser sous le monstre...le monstre...Se glisser...lâcher Comète...vivre...non...il ne pouvait pas. Son ami soudain, se mit à parler...il était vivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 1108
X Points Team : 2875

MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Sam 4 Jan - 9:13



L'Ultime Épreuve 





Pétale de Fleur

Pétale de Fleur marchait sans plus rien entendre. Les yeux rivés sur la porte de métal, elle posait les pattes l'une devant l'autre, tout doucement ou bien au contraire rapidement, elle ne savait pas. Étrangement, le temps semblait comme ralentir au fur et à mesure qu'elle s'approchait de son but, de l'objet de sa peur, de... sa mort ? Peut-être. Elle sentit à peine les deux présences qui cheminaient à ses côtés. Elle avançait, c'était tout. Un geste banal, répétitif, quotidien. C'était étrange de songer que c'est ce geste de tous les jours qui la conduisait peut-être à sa mort. Qu'il la conduirait vers le Clan des Étoiles. De là-haut, elle continuerait à veiller sur ses petits, ce serait toujours ça, même s'il y aurait la douleur d'avoir du les abandonner dans une vie incertaine et dangereuse, seuls. Mais il fallait tenter. Pour eux. Pour son Clan. Pour tous les Clans.

- Arrêtez !

Cette voix. L'élan de haine qui traversa Pétale de Fleur la sortit brusquement de sa torpeur. Le temps revenu à la normale, elle vit Cadratin Mélancolique attraper par la queue un des matous qui l'accompagnait et le tirer en arrière, l'ôtant brutalement du Chemin du Tonnerre sur lequel il s'était déjà engagé. Furieuse, la Lieutenante se tourna vers le matou noir, des mots brûlants de colère sur le bout de la langue. Mais celui-ci la devança :

- Il y a quelque chose qui ne va pas, je le sens. C'est presque... trop facile.

– Trop facile ! Il y a des monstres énormes qui sont prêts à nous écraser à tout instant sans parler de cette... porte qui ne s'ouvre que quand elle veut !

- Justement ! Cette porte ne restera pas toujours ouverte et nous ignorons combien de monstres passerons par ici. Que ferez vous si à la moitié des chats qui auront passé cette chose plus aucun monstre ne vient ? Attendrez-vous devant cette vitre ? Regarderez-vous les chanceux circuler sains et sauf tandis que vous dépérirez avec le monde ?

– Moi ce que je vois c'est que tu nous as fait perdre un monstre !

Peu importe qui venait de parler, Pétale de Fleur l'approuvait totalement. Il fallait faire vite ! Pourquoi ce crétin de Chef de l'Ombre se mettait toujours en travers de sa route ?

- Nous devons trouver un autre moyen de passer, un moyen qui nous permettrais de passer à plusieurs en même temps. Et quand je dis plusieurs, je ne parle pas de deux chats, mais de groupes nombreux, plus nombreux que des patrouilles et dans tout les cas, il est tout à fait impensable qu'un Lieutenant passe en premier. Nous ne pouvons pas entrer n'importe comment. Si le Lieutenant de la Rivière passait la porte en premier, ce serait comme si la Rivière se déclarait maître de ce futur territoire. Je sais qu'aucun de nous ne le tolérerait en tout cas je ne le tolérerais pas et je doute que la Rivière désire que l'Ombre lui déclare la guerre. Nous devons envoyer des émissaires, des Guerriers rapides et surtout intelligents. Peut-être qu'il existe de l'autre côté de cette porte un moyen de la maintenir ouverte et que nous pourrions l'actionner. Ce n'est qu'une idée, mais je sens que quelque chose cloche, on ne peut pas faire ça à la légère.

Pétale de Fleur sentait la rage la faire trembler désormais. Comment cette sale crotte de renard osait-t-elle ? Si Pétale de Fleur avait voulu passer la première, c'est parce que c'était elle qui l'avait proposée, elle avait donc pensé innocemment que c'était à elle de la tester. Car enfin, son idée était dangereuse et pouvant très bien ne pas aboutir ! Pétale de Fleur était prête à se sacrifier, sans souci de rivalités claniques et dans l'unique but d'aider les Clans, tous les Clans ! Même celui des Ténèbres qu'elle détestait pourtant ! Elle s'était proposée dans la seule pensée de faire en sorte que chacun des chats derrière elle restent en vie, que chacun des regards qui s'étaient posés sur elle débordants de peur retrouvent une lueur de bonheur de l'autre côté de la sphère. Et cette cervelle de souris de Cadratin Mélancolique osait prétendre qu'elle avait agi ainsi pour s'approprier le territoire de l'autre côté de la Porte ?! Surtout que c'était lui qui une fois de plus interrompait tout et souhaitait reprendre les commandes ? "Des Guerriers rapides et surtout intelligents", Pétale de Fleur n'aimait pas le sous-entendu de cette phrase, pas du tout... Son pelage brun-doré hérissé sur son échine, la femelle s'apprêtait à dire ses quatre vérités à ce matou prétentieux lorsqu'un éclair de fourrure noire noire dans le coin de sa vision la stoppa net.

Le cri de désespoir qui jaillit d'entre les babines de Cadratin Mélancolique lui parut étrange, comme incompatible avec le chat qui se trouvait devant elle. Car ce cri, elle ne le connaissait que trop bien pour l'avoir lancé bien souvent durant le périple. C'était le cri d'un parent qui tremble pour ses petits. Mais la femelle qui venait de passer était du Clan des Ténèbres n'est-ce pas ? Son passage avait laissé cette effluve dans l'air. Alors comment ? Une idée vit le jour dans l'esprit de Pétale de Fleur qui repensa à certains détails troublants sur le Chef de l'Ombre. Sa compassion incompréhensible pour Déchéance Punie. Sa présence à côté de deux Apprentis des Ténèbres, dont l'un était celle qui fonçait vers la Porte, après le grand gel qui avait coûté sa patte à Petit Rossignol. Sa colère contre le Clan des Etoiles. Et si... Et si Cadratin Mélancolique avait eu un amour interdit avec Déchéance Punie ? Non, impossible, la femelle n'avait jamais eu de chatons non ? Alors, avec une autre femelle des Ténèbres ? Il faudrait qu'elle mène l'enquête.

Qu'on put le croire ou non, l'arrivée à cette conclusion n'avait duré que cinq secondes. Et sous les yeux horrifiés de son "père", la femelle fonçait vers la Porte... qui ne s'ouvrit pas. Pétale de Fleur vit vaguement la silhouette de l'Apprentie rebondir et atterrir sur le Chemin du Tonnerre devant un énorme monstre qui avançait vers elle. C'est alors qu'une autre silhouette surgit à côté de la jeune chatte. Trop absorbée par le drame qui se déroulait sous ses yeux, Pétale de Fleur ne l'avait pas vue quitter les rangs et courir vers la route. Le chat poussa la "fille" de Cadratin Mélancolique de l'autre côté de la Porte qui s'était ouverte à l'approche du monstre et ce dernier percuta de plein fouet le sauveteur de l'Apprentie. Un grand silence s'abattit sur les Clans à l'exception d'un jeune chat qui poussa un cri de désespoir et de douleur avant de courir rejoindre le matou qui, projeté vers le bord du Chemin du Tonnerre, gisait dans l'herbe humide. Et là, au grand étonnement de tous, il attrapa le gisant et commença à le traîner vers la Porte encore ouverte. Son ami était-il encore vivant en fin de compte ?  Pétale de Fleur observa avec anxiété la progression des deux matous. Allaient-ils atteindre la Porte à temps ? Tout le monde se posait cette question mais on ne pouvait que regarder, impuissants, et prier le Clan des Etoiles pour qu'ils atteignent l'intérieur de la sphère...


Codage by Rictus pour  Artémousse de LGDC 123
Toute copie interdite

_________________


Mes persos:
 
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 198
X Points Team : 1650

MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Sam 4 Jan - 13:28

Immense et impressionnante, voilà comment il ressentait cette porte. Feu de l'Enfer était parmi les chats de son Clan. Le chemin avait été long, éprouvant, épuisant, semé d'embûches, avec des pertes. Mais ils étaient enfin arrivé à l'ultime épreuve. Cette immense porte qui les surplombait, menaçante, avec ses monstres noirs, à l'image de cette porte, tous aussi immense, silencieux, implacable, menaçants.

Il faisait des allers retours entre les membres les plus impressionnables de son Clan pour tenter de les rassurer, cachant son propre malaise. Pétale de Fleur la lieutenante du Clan de la Rivière proposa son idée pour traverser la porte. Après une courte réflexion, ça semblait pour lui aussi la meilleure idée, même si elle était dangereuse. Elle s'élança pour montrer l'exemple avant d'être coupé dans son élan par Cadratin Mélancolique. A ce moment là, les événements s'enchaînèrent si rapidement que personne ne put vraiment réagir.
Une chatte noire s'élança vers la porte comme pour tester si à son approche elle allait s'ouvrir comme à l'approche des monstres noirs. Par malchance ce n'était pas le cas et elle percuta la porte de plein fouet. Elle semblait sonnée mais allait bien. Le problème était le monstre qui arrivait et qui menaçait de l'écraser si elle ne bougeait pas rapidement. Un éclair de fourrure passa à son côté tellement vite qu'il ne put le retenir. Un autre apprenti s'était élancé et poussa la première de l'autre côté de la porte. La chatte noire était en sécurité mais le jeune apprenti était désormais à la mercis du monstre. Il fut percuté avec un bruit horrible et fut rejeté sur le côté de la route. A ce moment un autre apprenti courut, il reconnu Nuage de Brume, du Clan du Vent vers le gisant et le tirer péniblement vers la porte, un autre monstre arrivait déjà. La porte s'ouvrir et il pria, comme surement tous les autres chats autour de lui, pour que les deux apprentis arrivent à la porte avant.
Son regard ne pouvait se détacher des deux félins dont la silhouette était vaguement visible dans la pénombre au loin. Il sentait autour de lui l'odeur de la peur grandir et devenir presque étouffante. Quoi qu'il arrivait à ces deux jeunes matous, il savait qu'il devrai par la suite s'occuper au mieux des chats de son Clans pour éviter pareil tragédie.

_________________


Cadeaux:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 1870
X Points Team : 3209

MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Sam 4 Jan - 15:14

Nuage de Comète respirait par petits coups saccadés, il ne parvenait pas vraiment à respirer d'ailleurs. Une respiration c'est quand on inspire l'air frais puis que l'on expire l'air vicié. Le jeune chat roux et blanc ne faisait qu'inspirer par petits accoues sifflants, comme si son corps refusait d'expirer, par crainte que ce soit la dernière fois. La fourrure maculée de rouge sur ses flancs ondulait de façon précipitée, comme le poitrail des rouge-gorge lorsqu'ils chantent. A cette pensée, les pattes du matou se détendirent et ses griffes qui jusqu'ici s'étaient terrées au fond de ses pattes à cause des affreuses contractions qui parcourraient tous ses muscles, sortirent à l'air libre. C'était comme ouvrir les mâchoire après avoir essayé de mordre une pierre. Nuage de Comète sentit l'angoisse qui lui serrait le corps se détendre, comme si le simple fait de sortir les griffes avait suffit à libérer le nœud qui l'empêchait de respirer. Le félin avala une longue goulée d'air, un goût de fer lui emplie la gorge et il se mit à hoqueter. Il était en train de se noyer.

Au-dessus de sa tête, le crépuscule avait pris fin, dévoilant la magnifique voûte céleste et son extraordinaire toison argentée. Jamais chat n'avait put voir ciel si magnifique. Chaque étoile brillait d'une couleur qui lui semblait propre, le noir de la nuit était encore trempé des couleurs d'ocre du jour, un ciel de rouille et de glace, de feu et d'ombre et si un seul chat avait levé les yeux vers le haut, le ciel en serait devenu moins beau, car ce n'était pas un ciel que l'on observe, mais bien un de ceux qui vous observe. Heureusement à cet instant, tout le monde regardait Nuage de Comète étendue dans l'herbe émeraude et Nuage de Brume qui volait à son secours. Même l'apprenti blanc et roux ne put lever les yeux pour apercevoir cette beauté infinie qui évoluait au-dessus de ses pauvres restes, mais autre chose le fit pour lui. Il devait avoir la moitié des os rompus, fichu la patte droite, fichues les cotes, sans parler du bassin, que lui resterait-il s'il survivait ? Il n'avait pas de plaies et pourtant le sang coulait de partout, faisant grossir autour de lui une flaque pourpre qui étouffait l'émeraude de l'herbe, abreuvait la terre et formait autour de lui comme un long drap sombre, luisant, qui ramollissait le sol comme pour creuser sa tombe. Et son sang ainsi exposé aux étoiles de cette nuit sans lune se gorgeait de l'univers qui pleurait la chute d'une Comète terrestre.

Un souffle chaud courut sur la nuque de l'apprenti, une voix inquiète parvint à percer le voile trouble qui lui bouchait les oreilles. C'était Nuage de Brume. Comète se sentit tirer vers le côté, pour aller où ? Non, il y avait autre chose de plus important, son nom ne lui correspondait plus. Nuage de Comète ne lui allait plus. Comment pouvait-il porter le nom d'un astre maintenant que le ciel entier était entrer en lui ? C'était comme appeler arbre une forêt sans fin. L'innommable félin. Son premier chef le lui avait prédit. Jamais il ne deviendrait Guerrier car aucun nom de Guerrier ne lui conviendrait jamais. Il comprenait maintenant. Qu'elle prétention il avait eut de croire qu'il suffisait de choisir un autre Clan, il n'avait fait que déplacer le problème. Comment aurait-il put devenir Guerrier, surtout parmi les Ténèbres alors qu'il comprenait enfin que tout chat était fils ou fille du ciel ?

– Si stupide... murmura-t-il. Si stupide... Je le savais, on me l'avait dit... mais je ne comprends pas ce que j'ai enfin compris.


Cadratin Mélancolique sentit son cerveau se remettre en marche lorsqu'il vit la fourrure grise de Nuage de Brume filer devant lui. Un résonnement pour le moins tordu traversa aussitôt l'esprit de Cadratin Mélancolique, sans doute le pire raisonnement qu'il ait jamais fait et qui, à cette instant même, entraîne l'un des plus terribles retournement de notre histoire, un raisonnement qui provoquera de terribles conséquences et prouvera une fois de plus qu'on n'est membre de la famille de notre cher Cadratin qu'à ses risques et périls. Toujours est-il qu'au bout de ce raisonnement, le presque-chef arriva à la conclusion que le Clan des Etoiles était une fois encore à l'origine de tous ses malheurs et qu'en aucun cas il ne se laisserait faire.

D'un bon puissant digne du magnifique vétéran qu'il était, il s'élança sur la route et la traversa par la largeur en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. Une fois sur le bas-côté, il courut droit vers les deux apprentis, le gris et le blessé. D'un bond, il parcourut les dernières longueurs de queue qui le séparaient des deux jeunes chats et dans son élan attrapa la fourrure blanche, rousse et rouge de sang par le bas du dos de Nuage de Comète. Il vit Nuage de Brume le regard d'un air incrédule et comprendre. Cadratin Mélancolique lui devait la vie et il se devait de sauver celle de Comète, que ce soit pour le bonheur de ce malheureux chat gris ou pour celui de Nuage de Vérité. Par le Clan des Etoiles ! Vivement qu'ils passent tous Guerriers, tous ces noms d'apprentis finiraient par lui donner la migraine.

Cadratin Mélancolique prit une profonde inspiration, ouvrit grand les yeux et fit s'abattre sa queue sur le sol comme un bélier. Au signal, Nuage de Brume et lui s'élancèrent comme un seul chat vers le monstre noir qui approchait. Ils étaient si proches de la porte qu'ils durent effectuer un virage serré pour avoir le temps de se glisser sous le monstre. Les pattes noires du presque-chef dérapèrent, ses griffes crissèrent sur le goudron, retenant sa chute.  Il sentit le souffle chaud du ventre de la bête lui ébouriffer le poil. Sa fourrure était complètement hérissée, il serait la peau de Nuage de Comète comme un désespéré s'accroche aux brins d'herbes alors qu'il tombe d'une falaise. Ô douloureux souvenirs. Une pluie de flashs s'abattirent devant Cadratin Mélancolique alors qu'il courrait, la falaise, Plume Tigrée, Loup, son vieux Clan des Ténèbres, la voix de ses premiers chatons, leur disparition, la douleur dans son coeur alors qu'il y plantait ses griffes... Aucun souvenir de Cadratin Mélancolique, seulement ceux de Coeur d'Hiver. Cette vie là avait toujours été infiniment plus précieuse pour lui, c'était cette vie là qui le hantait en rêve, cette vie là qui le faisait douter de ses choix, il semblait normal que ce soit cette vie là qui lui revienne à cette instant où la mort et la vie se talonnent de si près ou peut-être que c'était bien plus simple qu'une question d'affinité.

Les deux sauveteurs bondirent d'un même élan hors de sous le monstre lorsque celui-ci s'arrêta presque et roulèrent dans la poussière. Cadratin Mélancolique se redressa aussitôt et pour récupérer Nuage de Comète qu'il traîna dans un coin à l'écart, ses paupières étaient lourdes, ses griffes lui faisaient mal. Il chercha faiblement des yeux où pouvait être Nuage de Vérité, mais la petite chatte noire demeurait introuvable. Il ne parvint même pas à en souffrir. Son corps lui semblait peser une tonne, comme si tous les arbres de la forêt lui étaient tombés dessus. Il sentit sa tête tourner et fut vite incapable de bouger. Il s'écroula sur le corps tiède et poisseux de Nuage de Comète, ses pattes se dérobant sous son corps, ses crocs incapables de lâcher la nuque de l'apprenti et ses paupières si lourdes, si lourdes... Juste avant de sombrer dans le néant, Cadratin Mélancolique repensa à la stupidité qui l'avait poussé à empêcher Pétale de Fleurs de passer la première, si il l'avait laissé faire, ils auraient put empêcher tellement de choses... au moins maintenant, le Clan de l'Ombre retrouverait vite sa bonne vieille réputation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Protecteur de 123
Protecteur de 123

avatar


X Messages : 164
X Points Team : 1716

MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Sam 4 Jan - 19:39

Soleil d'Argent reconnu un apprenti du Clan du Vent en l'éclair gris qui lui passait devant. Le jeune chat traversa le ruban à l'odeur âcre telle une flèche d'argent, et se pencha sur le corps désarticulé. Puis il le prit par la peau du cou et commença à le tirer vers la porte encore ouverte. Sunny, interloqué, le regardait faire, lorsque Cadratin Mélancolique bougea. Il bondit sur la route, qu'il traversa à son tour pour rejoindre les deux apprentis.

Mais à quoi pensait son chef ?!

Le guerrier gris se tourna d'un bloc vers son Clan, captant leurs regards à la fois ébahis et horrifiés, puis regarda à nouveau le chat brun, qui avait à présent attrapé Nuage de Comète, tout comme l'apprenti. Les deux chats attendirent qu'un monstre passe, puis se jetèrent dessous, traînant le corps inanimé et taché de sang entre eux. Puis ils passèrent la porte et disparurent. Figé, sentant son cœur battre à sortir de sa poitrine, Sunny fixait le battant de fer sans savoir quoi faire. Les rouages de son esprit tournaient à toute allure, et il finit par se décider. Il s'adressa au Clan de l'Ombre.

- Chats du Clan de l'Ombre. Cadratin Mélancolique a pris la décision d'aider un jeune chat, nous prouvant à tous qu'une vie est plus importante que tout. Je propose à présent que nous suivions l'idée de Pétale de Fleur, Cadratin Mélancolique venant de nous prouver qu'elle est réalisable. Je vous suivrai. Rejoingnez Cradratin et voyez si lui et les Apprentis vont bien.

Soleil d'Argent n'attendit pas de réponse. Ils devaient aller de l'autre côté de la porte, quoiqu'il advienne par la suite. Cadratin Mélancolique serait peut-être furieux, et les chats des autres Clans très vexés que ce soit le Clan de l'Ombre qui soit passé en premier, mais peu lui importait. Le matou sentait au plus profond de lui qu'ils devaient passer cette porte, ils devaient réussir cette épreuve. Le Clan des Étoiles les avaient fait venir là pour une bonne raison ! Ils n'allaient pas rester là à hésiter comme des chatons effrayés.

D'un pas décidé, il se posta sur la bas-côté, regardant les membres de son Clan s'avancer prudemment, courageusement ou encore avec peur vers la route. Deux par deux, les chats bondirent sous les monstres, et passèrent la porte. Enfin, il ne resta plus que lui. Sunny attendit qu'un monstre noir passe et se jeta dessous. Il courut ventre à terre, ses yeux d'émeraude étincelant dans l'obscurité, le cœur battant. Il n'avait plus peur. La décharge d'adrénaline mêlée à la force qu'il puisait dans son désir d'aider son Clan l'avait reléguée tout au fond de lui. En une fraction de seconde, il revit son mentor. Le bassin dans le lequel il avait observé la Lune, des lunes plus tôt. L'extase que cela avait provoqué chez lui. Son amour pour Nuit d'Ivoire, sa détresse à la mort de la jeune guerrière durant le voyage. Sa fidélité pour son Clan, ce qui le liait à Cadratin Mélancolique.

Puis il songea au Murmure, au Voyage si long et si dur. À Etoile Idyllique, mort, et à tous ceux qui les avaient quittés. Au Clan du Soleil et à ce qu'il était devenu. Au froid, à la faim, aux plus jeunes qu'ils devaient protéger à tout prix. Il repensa à la verdure qu'ils avaient entrevu à travers le dôme, son désir de l'atteindre... Enfin, il passa la porte, et le monstre s'arrêta. Il fila de sous son ventre, haletant, et sentit une odeur étrange.

- Qu'est-ce que...

Il vacilla, chercha du regard son chef sans le trouver. Sa vue devint trouble. Il fit quelques pas, tenta de l'appeler, puis s'écroula.

Et ce fut le noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 11
X Points Team : 1488

MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Dim 5 Jan - 2:59

Son ami murmurait des choses qu'il ne comprenait pas. Le choc avait-il été assez rude pour qu'il soit déjà une patte dans chaque monde? Faire vite, le tirer a l'intérieur, là où était déjà celle qu'il avait sauvé. Pourquoi cette cervelle de souris avait-il voulut sa sacrifier ainsi? L'amour? C'est vrai que ce sentiment pouvait exercer bien des pressions sur n'importe quel esprit. Source à la fois d'intense bonheur et d'incroyable douleur. Mais le moment présent était plus important que les secrets de son ami, a qui il tenta de parler malgré les poils en travers de sa mâchoire.

-Non, arrête de parler je...

Alors que l'apprenti gris tentait en vain de tirer son ami, celui-ci se fit soudain très léger et décolla presque du sol. Son regard se tourna vers le chef du clan de l'ombre qui venait de l'aider à le porter. Tout d'abord, il fut surprit, il ne s'attendait pas à ce que Cadratin Mélancolique se jette ainsi au secours de Nuage de Comète, alors que l'odeur de la peur dans les rangs des clans étaient étouffante. Soulagé, il tenta de remercier le guerrier d'un regard, même si son esprit était toujours aussi embrouillé par la rapidité avec laquelle s'enchaînaient les événements. Un monstre noir s'approchait déjà, grognant faiblement, aveugle dans la pénombre nocturne. D'une façon totalement synchrone, lui et le chef de l'ombre se jetèrent sous le monstre. Le vétéran tenait si fort Nuage de comète et son bond fut si puissant lorsqu'ils arrivèrent sous le ventre puant de la bête que Nuage de Brume du lâcher prise, ce qui lui permit de s'empêcher de glisser et de s'arracher la peau des coussinets sur le bitume. Mais ce n'était toujours pas le moment de relâcher son attention.

Ils suivirent le mouvement du monstre noir. Et dés que celui-ci fut entré et arrêter, ils sortirent d'un même élan. A peine avait-il fait quelque pas qu'une lueur lui arriva dans les yeux et l'ébloui. Une lampe de bipède...sûrement? Un autre son se faisait entendre, comme si un vent très faible soufflait à travers des feuilles très fines. Et cette odeur...si...quelle était cette odeur? La fatigue le gagnait rapidement, il ne comprenait pas pourquoi, mais ses pattes refusaient de bouger. Les sons étaient comme de gros grognements, peu importe leur origine, mais il parvint tout juste à reconnaître le son rauque d'une voix de bipède. Le sol se déroba d'un coup sous ses pattes alors que même sa vision se brouillait. Ses muscles ne lui répondait plus et il sombrait...mais non, ne pas sombrer. Le danger était tout proche, et même quand il était arrivé il n'avait put apercevoir l'apprentie que Comète avait sauvé, comme si elle avait disparue. Partir...il devait fuir. Fuir avant que...pourquoi...? L'air lui montait à la tête. Une ombre...penchée. Non...partir...
Quelque chose le serrait. Le sol sous lui disparu.Non...il ne...quelque chose le serrait, une mâchoire? Que...la portait-il? Était-il...dévoré? Non...non...ce...

*Lâchez moi...*

Mais son miaulement ne put même pas sortir de sa gorge.
L'ombre l'avait...
Comète...?
Et...
Le noir...
...
...
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 1272
X Points Team : 3151

MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Dim 5 Jan - 23:50

[Petit RP pourri fait en despee]



Il y avait eu plus d'action en ces deux dernière minutes que pendant tout le reste du voyage. Les derniers évènements s'étaient déroulés à une vitesse presque ahurissante, et le semblant d'ordre que les chefs avaient réussi à maintenir arrivait maintenant à implosion. C'était n'importe-quoi. Des matous terrifiés se jetaient presque à l'aveuglette sous les monstres, portés par leur foi en un dénouement tout proche ; d'autres hésitaient au bord de la route, effectuant un numéro de danse presque comique consistant à avancer et reculer d'un ou deux pas en fonction de leur détermination fléchissante. La plus grande partie de la troupe se serrait en un petit groupe compact à une distance prudente, silencieuse, les yeux exorbités.

Reflet Argenté est de ceux-là. Si cela n'avait dépendu que de lui, ils auraient continué la marche, sans se laisser harponner par cette vision de rêve qui, de toute évidence, n'est qu'une sorte de supplice de Tantale. Que Cadratin Mélancolique et Pétale de Fleurs se soient laissés prendre au piège le laisse coi. Mais le problème, c'est que ces deux lieutenants sont de toute évidence les deux véritables chefs de cette cohorte de miséreux: leurs décisions pèsent de tout leur poids sur les esprits affaiblis des félins épuisés. L'effet de groupe a joûé son rôle, et vaille que vaille, tous finiront par entrer… sauf, bien sûr, ceux qui termineront en petit tas de sang et d'os sur l'asphalte.

Le guerrier n'a jamais eu un esprit indépendant. S'il est solitaire au sein même de son Clan, ce n'est pas par choix, c'est comme ça, point barre. Un jour, l'idée de désertation l'a effleurée, ce fameux après-midi où Epine des Neiges de la Rivière est morte. Si cela avait paru tentant, c'était parce-qu'il avait la promesse de la compagnie de la jeune et belle chatte. Une fois celle-ci décédée, il n'y a plus jamais repensé. Reflet Argenté est loyal aux Ténèbres avant tout. Il n'a pas d'amis, il n'a pas d'amour, et aucun membre de sa famille n'est encore en vie. Son appartenance, son essence, vont à son Clan. Partir maintenant équivalaut à nier une partie de sa propre personne.
Quel que soit ce qui l'attend de l'autre côté, il ira, car son corps, son coeur, le conduisent immanquablement là où va son Clan.

Un monstre arrive. Personne ne bronche dans son groupe. Les yeux de Reflet Argenté se portent sur les deux boules de poils de Pétale de Fleurs. La dernière fois qu'il a agi en faveur de ces chatons, il a failli se faire scalper. Mais là n'est pas la question: ce n'est pas la faute des petits si leur mère est hystérique. En attendant, la fière Lieutenante n'est pas dans le coin et il ne faut pas compter sur l'esprit de solidarité de ses voisins, complètement dépassés par la situation.
Le guerrier ne réflechit pas plus longtemps. Parfois, il faut arrêter de décortiquer et se laisser aller à son instinct. Là, celui-ci lui dit de ne pas laisser les deux gamins sur place. D'un bond, le matou gris se porte à leur hauteur, chope Rossignol par la peau du coup et gifle Mésange d'un coup de queue pour lui signifier de le suivre. Pas la peine de regarder en arrière, il sait qu'elle lui fera confiance. Son fardeau entre les crocs, Reflet Argenté rejoint à grandes enjambées le monstres puant et se glisse entre les roues.

Il lui semble que sa truffe sensible hurle de protestation. Sans prêter attention au supplice inspiré à ses voies respiratoires, il rampe à la même vitesse que la bête infernale, son échine frôlant le ventre de celle-ci. C'est sûrement la pire chose qui lui soit jamais arrivée. Alors qu'au bord de la suffocation, il sent sa vue se brouiller - pourvu que Mésange ait réussi le suivre - le monstre s'immobilise. Reflet Argenté emerge en vitesse, chacun de ses poils, noirs comme gris, hérissé d'horreur. Il ne voit rien: il fait trop sombre. Peut-être son cerveau est-il contaminé par les vapeurs putrides? Ses pensées n'ont pas de suite. Pourquoi ses pattes ne le... Lâche Mésange. Non, Rossignol. Mais que… mourir? Maintenant?

Et comme un écho, la vision fugace d'un tronc d'arbre écrasant le corps souple et infiniment désirable d'Epine des Neiges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 1108
X Points Team : 2875

MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Lun 6 Jan - 20:47



L'Ultime Épreuve 





Pétale de Fleur

Soudain, Cadratin Mélancolique s'élança vers la route. Elle le regarda avec stupeur aider les deux Apprentis à rejoindre le ventre d'un monstre et à franchir la Porte. En moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, ils avaient disparu. Encore sonnée par tout ce qui s'était enchaîné, Pétale de Fleur ne réagit que lorsque Soleil d'Argent prit la décision de faire franchir la Porte à son Clan. aussitôt, Pétale de Fleur se tourna vers le sien, redonna très rapidement ses instructions, ordonnant à ce que les chats passent par quatre plutôt que deux, la remarque de Cadratin Mélancolique étant en partie fondée : combien de monstres restait-il ? Aussitôt son devoir accompli, Pétale de Fleur retourna là où elle avait laissé ses petits. Etant donné que les Clans étaient plus ou moins rassurés et avaient décidé de suivre son idée, elle pouvait faire le voyage avec ses petits. Elle préférait cette décision : plutôt mourir avec eux que de se retrouver à jamais séparée de ses Chatons. Soit elle vivrait, soit elle mourrait, dans les deux cas ce serait en leur présence.

Cependant, Reflet Argenté n'avait pas du la voir revenir vers eux car il empoignait déjà Petit Rossignol par la peau du coup et faisait signe à Petite Mésange de le suivre. Ils s'élancèrent. Tout comme Pétale de Fleur. Petit Corbeau était avec Psycho, il n'y avait rien à craindre, du moins elle l'espérait, et de toute façon il refuserait qu'elle l'approche. Elle n'avait pas d'autre choix que de faire confiance au Solitaire. Elle réussit sans peine à rattraper Petite Mésange qu'elle attrapa sans cesser de courir sans faire attention à ses miaulements : protestation, peur ? Ou alors n'étaient-ce pas les siens mais ceux des autres chatons dont s'occupaient des Guerriers autour d'elle. La Lieutenante réussit à se glisser sous le même monstre que Reflet Argenté. Curieusement, elle n'avait pas peur. Elle n'était plus que concentration et détermination. Tout se jouerait maintenant. Bien qu'ils coururent un petit moment, cela passa en un éclair pour la femelle. Brusquement, elle fut de l'autre côté de la Porte, sur le bas-côté. Elle comprit aussitôt que quelque chose clochait. Une odeur étrange flottait dans l'air, une odeur qui... Pétale de Fleur lâcha Petite Mésange, tout son corps se ramollissant. Non. Il ne fallait pas. Pas maintenant. Il fallait vérifier si ses petits allaient bien, si son Clan réussissait à passer, si... La femelle n'arrivait pas à lutter contre l'engourdissement qui l'envahissait. Les pattes flageolante, elle ne teint que quelques secondes de plus avant de s'écrouler et de sombrer dans le noir.

Les autres

Ombre Agile se glissait dans la nuit, épousant de sa silhouette sombre l'obscurité rassurante qui l'entourait. Le passage fut facile pour elle, la nuit la rendait plus paisible, elle courrait presque avec allégresse, filant en compagnie d'un monstre au pelage de jais. Mais arrivée de l'autre côté, l'odeur la prit à la gorge et le noir qu'elle rejoint n'avait rien d'agréable.

Chant des Loups resta aux côtés de Psycho durant tout le trajet... ou presque. Il aurait voulu lui faire part de son soulagement et lui dire sa tristesse que le reste de leur Clan ait abandonné trop vite. Car, en fin de compte, ils avaient réussi pas vrai ? Ils avaient atteint le lieu "où le temps s'était arrêté". Mais il le perdit de vue avant de franchir la Porte et l'effet de l'odeur fut rapide. Il plongea dans le sommeil sans avoir pu dire un mot.

Nuage d'Espérance était terrifiée mais il était hors de question d'abandonner. Elle se retrouva à se glisser sous le ventre d'un monstre en compagnie d'un Apprenti des Ténèbres. Tous deux franchirent la porte sans encombre sauf au moment de quitter le ventre de la créature où ils calculèrent mal leur coup et faillirent se faire écrabouiller. Heureusement, les horribles pattes rondes les manquèrent de peu et ils purent rejoindre le côté de la route, essoufflés et apeurés... pour s'endormir sans comprendre quelques secondes après.

Lorsque ce fut le tour de Nuage de Boue, il se retrouva près d'une Apprentie du Vent. Lé détermination qu'elle montrait le mit en colère contre lui-même qui était terrifié. Il était des Ténèbres non ? N'était-il pas sensé être plus fort ? Sa vigueur retrouvée, il franchit la Porte mais en sortant du dessous du monstre, il manqua d'être écrasé par celui-ci. Le cœur peinant à retrouver un rythme normal, il s'accroupit dans l'herbe, hébété. Il ne se rendit même pas compte qu'il glissait dans le noir...

Perle Embrasée ne quitta pas Mâra d'un poil. Pas question de la perdre maintenant alors qu'ils arrivaient enfin à destination. Elle dut se retenir de ne pas se jeter sur ceux qui hésitaient au bord de la route, trop lents. Son envie de combat et de sang pourrait sortir plus tard, à l'intérieur de cette sphère de verre. En compagnie de sa protégée, elle réussit à passer la Porte. Mais l'odeur s’immisça dans ses narines et le combat à mener était perdu d'avance, les griffes ne servant à rien. Elle ne résista pas longtemps contre le sommeil qui la submergeait et sombra dans le noir.


Codage by Rictus pour  Artémousse de LGDC 123
Toute copie interdite

_________________


Mes persos:
 
♥:
 


Dernière édition par Nuage d'Espérance le Jeu 16 Jan - 20:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 207
X Points Team : 1762

MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Mar 7 Jan - 15:42




La porte était immense. Elle inspirait le respect, mais aussi la grandeur, la fierté. Les chats semblaient minuscules à ses pieds. Est-ce le terme de leur voyage ? Cette porte symbolisait-elle leur arrivée ? Il serait temps. Trop de chats avaient péris au cours de leur long périple. Chacun était épuisé, et la mort semblait tournoyer au-dessus de chaque tête. Le Clan des Etoiles semblaient très présent, mais l’impression qu’il avait disparu hantait les chats. Seuls le Clan des Ténèbres ne se souciait pas d’un quelconque abandon de la part de leurs ancêtres. Brasier d’Antan priait alors chaque jour les chats qui avaient rejoint la Toison Argentée. Il espérait que les âmes qui l’avaient retrouvé au cours du voyage les aideraient, eux, les survivants. Pourtant, aucun chat des Etoiles n’avait hanté ses nuits depuis des lunes et des lunes. Le matou commençait à croire qu’il ne méritait plus sa place en tant que guérisseur. Mais pour les chats de son Clan, mais aussi pour tous les autres, il ne devait pas leur montrer ses doutes, il devait se battre.
Brasier d’Antan observa la porte. Elle ne semblait vouloir s’ouvrir que lorsque les monstres s’approchaient d’elle. Une fois qu’ils étaient passés, elle se refermait, les faisant disparaître à jamais. Il fallait obligatoirement trouver une façon de passer, tout comme ces monstres.
Pétale de Rose, lieutenante du Clan  de la Rivière, proposa une idée intéressante. Elle voulait se glisser sous un monstre et passer en même temps que lui la grande porte. Elle décida de se lancer la première, montrant que cela était faisable. Soleil d’Argent, un guerrier du Clan de Brasier d’Antan se mit derrière la chatte, prêt à sauter sous le ventre du premier monstre qui passerait. Cependant les deux chats furent arrêtés net dans leur course. Le futur chef du Clan de l’Ombre, Cadratin Mélancolique, doutait de la facilité de passer grâce à un monstre. Il ajouta que le fait que la lieutenante du Clan de la Rivière passe la première était un signe de supériorité sur les autres Clans, et que le Clan de l’Ombre n’accepterait pas cela sans broncher. Brasier d’Antan voulu intervenir et calmer son futur chef. Il n’avait pas tort, mais ce n’était pas le moment pour mettre son orgueil en avant. Il fallait avancer, comme un seul et unique Clan. Alors que le guérisseur ouvrit la bouche, un chat passa au triple galop devant lui et fini sa course contre la porte, qui ne broncha pas. C’était une apprentie, Nuage de Vérité, du Clan des Ténèbres. Le matou tigré venait de réaliser que Cadratin Mélancolique avait hurlé le nom de l’apprentie. Son cri semblait venir du plus profond de son être, un cri de désespoir, que seuls les chats ayant un lien très fort avec quelqu’un d’autre peuvent pousser. Qui était-elle pour le chef ? La jeune chatte courrait maintenant un énorme risque. Des monstres arrivaient vers elle, et ils ne s’arrêteraient pas. Chacun regardait ce spectacle la gorge nouée, et un seul osa mettre sa vie en péril pour la sauver. Un autre chat des Ténèbres venait de la pousser de l’autre côté de la porte. Celui-ci percuta le monstre, puis la porte, pour finir sa triste course dans l’herbe, toujours à l’extérieur. Le jeune chat blanc et roux ne bougeait plus. Du sang collait ses poils, beaucoup de sang. Brasier d’Antan devait aller l’aider, c’était son devoir de guérisseur, mais un apprenti du Clan du Vent rejoint le corps inerte. Le guérisseur préférait attendre, laisser l’apprenti faire son deuil. Si le chat du Clan des Ténèbres avait besoin d’aide, celui du Clan du Vent ne tarderait pas à appeler à l’aide. Mais au lieu d’agir de façon sage, il attrapa son ami par le cou et commença à le trainer sur le bitume.
Brasier d’Antan avait la tête qui tournait. Il savait que le petit chat n’y arriverait pas, qu’il peinerait à déplacer son ami, qu’il les mettait tous deux en danger. Le matou savait qu’un corps pesait lourd, encore plus s’il était inerte. Il avait vécu cela…

    « Perle d’eau… La jeunesse nous fait faire tellement de bêtises… »


Sans savoir pourquoi, il repensait à l’une des anciennes guérisseuses du Clan de l’Ombre qu’il avait voulu sauver des flammes. Il n’avait pas réussi à la déplacer, malgré ses prières pour le Clan des Etoiles. Ce jour là, il vit la folie s’emparer des yeux de son amie. Ce jour là, il rencontra l’inconnu, la peur et la douleur. La peur avait su disparaître, mais la douleur restait. Ce jour là, le feu détruisit ses rêves d’aventures. Et c’est ce jour là qu’il perdit l’usage de sa patte et que ses cauchemars commencèrent.
Les deux chats étaient au bord de la route quand ce fût au tour de Cadratin Mélancolique de sauter à leur côté. Le chat attrapa le corps inerte et avec l’autre apprenti, s’élança sous le monstre qui arrivait. Ils disparurent tous les trois derrière la grande porte métallique. D’autres chats suivirent. Ils disparaissaient deux à deux.
Brasier d’Antan décida de s’élancer à son tour. Cela paraissait finalement si simple. Mais pas pour lui. Sa patte le faisait souffrir. Il n’arrivait pas à s’appuyer sur celle-ci sans ressentir une vive douleur insoutenable. Dans ces cas là, il essayait de se débrouiller avec ses trois autres pattes restantes et se mettait alors à boiter. La douleur était toujours présente, mais plus soutenable. Cependant il ne pouvait avancer vite. Et aujourd’hui, la vitesse était importante. Les monstres n’allaient pas très vite, mais ils étaient toujours plus rapides que lui dans ces cas là. Malgré la douleur et la peur, il fallait que le guérisseur s’élance. Il ne voulait pas qu’on l’aide.
Après une dernière prière au Clan des Etoiles, Brasier d’Antan s’élança. Un monstre passait à sa hauteur. Il s’aventura au-dessous de lui, et commença sa douleur ascension. Le chemin était court, mais il fallait qu’il mette toutes ses forces dans ce combat. La fatigue emmagasinée depuis le début du voyage creusa le visage du guérisseur. Le feu parcourait son corps, mais il devait le combattre, être plus fort. Il avançait de façon régulière, mais pas assez rapidement. Le monstre était complétement passé au-dessus de lui quand il passa par la porte. Le matou s’attendait à ce qu’elle se referme juste devant lui, mais elle ne le fit pas. Il se retourne doucement, et vit un autre monstre arriver. En une fraction de seconde lui vînt l’idée de s’abaisser entre plus. Le devant du monstre était lui aussi surélevé, et passa au-dessus de sa tête sans même le toucher. Dans un dernier élan, Brasier d’Antan prit son courage à deux pattes, et fit les derniers pas qui le séparait de la porte avec l’aide de sa patte endommagée. La douleur était insoutenable, il aurait voulu hurler, mais par fierté, il se retint. Une fois la porte franchis, il s’écroula sur le sol, exténué. Le monstre, comme le premier, passa entièrement et laissa son corps à la vue de tous. Sa vue se brouilla doucement. Il fallait vers vite et quitter le chemin du tonnerre avant qu’un autre monstre pointe le bout de son nez. Il se traina jusqu’à un petit parterre d’herbe où il serait en sécurité. Des masses sombres étaient couchées autour de lui. Il ne reconnut aucun chat. Sa vision était floue. Ce flou ne tarda pas à s’épaissir, pour devenir noir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 198
X Points Team : 1650

MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Jeu 9 Jan - 23:02

Les chats commençaient à s'agiter. L'odeur de peur ce fit encore plus forte. Les félins étaient partagés entre tenter le coup et passer la porte et tétanisés par la crainte de l'inconnu.
Feu de l'Enfer tenta de rassembler un peu les membres de son Clan, ce qui n'était pas évident. Il s'arrête en fixant brusquement la porte et pensa a ceux déjà passé. Il se rendit alors compte qu'au moins un membre de chaque Clan était passé sauf du sien ! Il prit alors son courage à deux pattes et s'approcha de la route, rassurant ses membres de clans qu'il croisa sur son chemin d'un coup de museau amical.
Quand le monstre arriva, il était près, tapi dans l'ombre tout au bord du chemin du tonnerre, son odeur acre et ecoeurante emplissant ses narines.
Au moment où la bête passait, il se jeta en dessous essayant de caler son rythme sur celui du monstre. Il se rendit compte qu'il n'était pas seul, une ancienne du Clan de la Rivière l'avait suivit. Il se souvint qu'elle s’appelait Brume du Matin. Il lui fit un signe amical de la tête et elle lui répondit de même. Quand ils arrivèrent enfin à la porte, celle ci s'ouvrit, laissant passer le mastodonte et ses passagers clandestins caché entre ses roues.

Arrivés de l'autre côté, ils se jetèrent sur le côté. Le jeune matou se senti soudain nauséeux sans qu'il ne sache pourquoi. Ses paupières devenaient lourdes et ses pattes avaient soudainement du mal à le porter. Il vit la vieille chatte grise s'effondrer à ses côtes et eut à peine le temps de voir tous les autres chats passés avant lui dans le même état. Il se tira péniblement vers eux, luttant au maximum avant de se rendre compte que leurs fourrures se soulevaient, ils étaient donc vivants. Ce fut la dernière pensée qu'il eut avant de les rejoindre, ses paupières se fermant sur ses yeux oranges.

_________________


Cadeaux:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Protecteur de 123
Protecteur de 123

avatar


X Messages : 86
X Points Team : 1543

MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Sam 18 Jan - 11:55

    J'étais là, plantée parmi les autres, scrutant avec stupeur la route. Les monstres gris se mettaient en branle pour cheminer dans un vacarme de ferraille et de grognements jusque dans la porte. Terrifiant. Le plan de ma mère était fou ! Tout le monde le disait. Au début fermement campée aux décisions de la lieutenante, j'hésitais maintenant. C'était un projet insensé ! Comment passer entre les pattes des créatures, sans qu'un seul ne se fasse écraser par une roue, comme de l'herbe fraîche sous les pattes d'un blaireau ? Mon cœur battait extrêmement vite, et la peur me serrait le ventre. Pour une fois, je n'étais pas d'humeur à plaisanter. J'avais compris que ma vie, nos vies, se jouaient maintenant. Dans quelques minutes, nous allions passer à l'acte. Nous pourrions sauter sur le dos des monstres, non ? Ce serait moins risqué. En jetant un rapide coup d'œil autour de moi, je compris que c'était encore plus insensé. Comment chaque adulte ferait pour sauter si haut tout en portant un chaton ? Car nous, les petits, nous serions mis de côté. Comme d'habitude. Aucune part de participation là-dedans. Frustrée, je labourais le sol de mes griffes. Moi aussi, je voulais être une héroïne ! Un instant, je me plus à rêver. Je m'imaginai au devant de la horde de chats, galopant sous le ventre des monstres et guidant mes compagnons de route jusqu'à la porte, même les méchants. Ensuite, chacun viendrait me remercier, et je serai glorifiée. Je donnerai des ordres aux chefs qui emmèneraient des patrouilles chasser, pêcher ou délimiter les territoires. Et ils me répondraient ainsi : oui, Etoile des Mésanges. Car je serai devenue leur chef absolue, à seulement quatre lunes, et tout le monde serait devenu gentil. On vivrait tous ensemble, et je règnerai toute ma vie à la tête de cet immense clan, qui me remercierait pour toujours de ma prouesse.
    Une baffe me tira de mes aspirations solitaires. Reflet Argenté venait de partir, Petit Rossignol entre les dents, et me faisait signe de le suivre. Avec un hoquet de stupeur, je m'engage après lui. Sous le ventre du monstre, je tiens à peine debout. Terrifiée, je m'efforçai de le suivre, mais le chaos de bruit et de fumée me troubla la vue. Je perdis vite mon "ami" de vue, et je me mis à tousser.
    - Maman ! hurlai-je.
    Un mouvement fugace attira mon attention. Je me retrouvai suspendue dans les airs, la terre défilant sous moi, sans remarquer que, une seconde plus tard, et la roue arrière du monstre m'aurait écrasée contre le sol. C'était ma mère qui venait de me saisir par la peau du cou pour me porter. Stupéfaite mais soulagée, je me recroquevillai au moment où un jet de lumière m'éblouit.
    Nous venions de sortir de sous le monstre, et de passer la porte. Au moment où les pattes de ma mère se fléchirent pour sauter de côté, mes rêves de gloire et de paix se brisèrent en milliers d'éclats de cristaux translucides qui tombèrent en pluie dans le vide noir de la fin, à jamais irrécupérables. En même temps, je fus larguée et je rebondis sur le sol mou, frais. Mais je ne pensais qu'à mes rêves détruits.
    Alors qu'un sommeil profond et inexpliqué m'engourdissait les membres, quelques derniers éclairs de lucidité me frappèrent. Les seuls héros dans cette guerre contre la mort, c'étaient ma mère et Cradatin Mélancolique. Les véritables leaders du groupe. Je n'avais joué aucun rôle dans cette histoire, et ce fut avec un goût amer que je m'endormis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 1870
X Points Team : 3209

MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   Sam 18 Jan - 14:15

Petit Corbeau sentait son coeur battre la chamade dans sa poitrine, le moment était venu, ils avaient atteint la porte qui le mènerait à son destin. De l'autre côté, son avenir, aux côtés de Psycho. Il deviendrait le plus fort de tous les chats, le plus courageux et le plus loyal et il vivrait avec son meilleur ami pour le reste de ses jours. C'était merveilleux, parfait. De ce côté, il n'était qu'un chaton parmi d'autres, rien d'extraordinaire. Avec Psycho, il se sentait vraiment un chat. Le guerrier lui parlait comme à un égal, l'écoutait lorsqu'il en avait besoin. Avec lui il ne craignait rien, avec lui le long voyage était passé comme une promenade, avec lui, il n'avait même pas eu le temps de penser aux malheurs. Car Petit Corbeau n'avait rien vu des morts, Psycho y avait bien veillé, détournant son attention lorsqu'un périple menaçait, le cachant lorsque les belettes avaient attaquées, jouant avec lui lors qu'Etoile Idyllique était mort écrasé... Cette fois encore, Corbeau n'avait rien vu du drame qui s'était déroulé lorsque Nuage de Comète était entrer en collision avec la porte de fer. Psycho lui avait léché les oreilles, lui racontant qu'ils étaient arrivés et qu'il fallait juste attendre un peu, que tout allait bien et qu'il serait toujours avec lui, quoi qu'il arrive. Petit Corbeau n'avait pas compris pourquoi le matou gris tigré insistait autant sur cela, "Je serais toujours avec toi." Bien sûr qu'ils seraient toujours ensemble puisqu'il irait vivre avec lui !

Psycho tourna la tête vers la porte, déjà plusieurs chats étaient passés et, Comète mis à part, aucun n'était mort, le plan de Pétale de Fleurs fonctionnait. Il n'y avait pas à s'inquiéter, pourtant le félin sentait un frisson glacer lui courir le long du dos. Il prit une profonde inspiration, pour Petit Corbeau, il devait être fort.

– Allons-y, dit-il.

Il attrapa le chaton noir par la peau du cou et s'aligna le long de la route. Un monstre arrivait. Le félin assura sa prise sur la fourrure ébène et s'élança. Il parvint sans problèmes à se glisser sous le monstre, ce n'était pas si difficile. Un peu de confiance lui revint, ils y arriveraient, tous les deux. Ils passeraient de l'autre côté, dans le bon monde où le temps s'est arrêté. Il avait hâte de voir cela de ses yeux, comment seraient les nouvelles terres ? Où les domestiques vivraient-ils ? Il savait déjà qu'il y avait des montagnes sous ce dôme et des forêts, sentaient-elles comme les forêts de son enfance ? Y avait-il des feuilles qui bruisseraient au vent d'été, des rivières d'eau pure et froide entre des rochers ? Des recoins, des buissons, des fleurs par millier et des odeurs de liberté ? Se sentait-on aussi bien dans cette sphère qu'ils voulaient tous le croire ? Il en était sûr, il fallait qu'il en soit sûr. Il sentit son souffle s'emballer, le monstre accélérait, il ne pourrait pas courir assez vite.

Ses pattes accélérèrent leur course sur le bitume, plus que quelques mètres et ils seraient sauf. Il sentait le petit corps de Corbeau se tendre d’excitation entre ses crocs. Quel chaton merveilleux. Il aurait adoré avoir un fils comme lui, avoir eu le privilège de le rencontrer et de l'aider tout le long du voyage était le plus beau cadeau que la vie ait put lui faire. C'était si triste, si triste de le laisser seul. Des larmes transparentes s'échappèrent des yeux du chat gris, comme si l'azur de son regard fondait pour s'envoler dans les airs où les gouttelettes salées se mêlaient aux brumes du monstre. Ses larmes deviendrait-elles un jour de la neige ? Il aimait cette idée, que la tristesse revête un jour les formes sublimes des premiers flocons d'hiver. Toutes ces dentelles, cette beauté. Les terres recouvertes de blanc et son émerveillement quand il était chaton. Il était né un hiver, un jour de belle neige blanche et de ciel clair avec le soleil timide derrière de gros nuages. Y aurait-il encore des jours comme celui-ci ? Des jours de première neige bien après lui ? Petit Corbeau les verrait-il comme lui les avaient vu ? Il le fallait, c'était si beau.

Psycho se tendit de tout son long pour courir plus vite, mais c'était peine perdue, le monstre les dépassait déjà d'une demi-queue. Il sentit le souffle lui manquer, l'air devenir acre et eut envie de hurler, mais il ne pouvait pas, il ne devait pas lâcher Corbeau. Le cri resta en lui, bloqué au fond de sa gorge pareil à un noeuds d'épines.

"Pour Corbeau" songeait-il "pour lui."

La vision du félin se troubla, le monstre, la route... tout semblait teinté de jaune, comme la couleur du sable en plein été, dans le désert de l'Imagination. Il n'avait jamais aimé cet endroit, c'était beaucoup trop sec et agressif, il espérait qu'il n'y avait pas de déserts dans la sphère, c'était si triste les déserts, on s'y sent si seuls, si désolé quand il n'y a rien à admirer. Dans la sphère, il ne voulait que des merveilles, pour Corbeau. Qu'il puisse voir toutes les beautés du monde et peut-être la solitude lui semblerait un mauvais rêve.

Psycho lança Petit Corbeau, bien droit entre les roues du monstre. Il fit encore trois pas rapides, il se trouvait juste sous la porte qui se refermait si vite. Il regarda Corbeau rouler dans la poussière, son museau noir, ses yeux verts. Si triste la vie, si triste la mort. Il serait là pour lui, toujours, dans l'eau des rivières d'argent, dans les premières neige d'hiver lorsque le ciel est d'un azur si pâle, un réconfort lorsque le monde brûle, une douce larme d'amour parmi la pluie, un murmure de réconfort au heures sombres de la nuit, une mélodie dans les feuilles, un petit rythme silencieux d'un coeur ami lorsque le temps semble trop long. Il serait là, toujours, esprit solitaire veillant sur son bien le plus chère, sur un lien si bref et fort, si improbable que cette amitié sans faille entre un guerrier et un chaton. Il serait là pour rendre le monde beau, pour Petit Corbeau.

Le fer lourd s'abattit sur son crâne, seule une giclée de son sang passa la porte, s'abattant au pattes du chaton. Cette fois, personne n'aurait put détourner les yeux de Corbeau.



Perché sur une colline, la silhouette sombre d'un chat assis à la fourrure longue contemplait la sphère à ses pattes. Le félin soupira sous les étoiles, n'ayant aucune peine à imaginer l'odeur du sang devant la porte. Qu'allait-il faire désormais ? Il aurait dut courir pour les rattraper, c'était sa dernière chance, son dernier espoir. Seul, il ne resterait plus personne de ce côté du monde, plus personne à qui il aurait put parler. Mais il ne pouvait pas, sa place n'était pas dans un lieu clos, sa vie appartenait aux chemins et au vent des routes. C'était une chose qu'il avait comprise. Le félin contempla les apprentis-voyageurs, devina une fourrure familière. Il aurait dut bondir à sa rencontre, la voire une dernière fois, mais à quoi bon ? Personne ne devrait être Solitaire. Un mouvement furtif attira l'attention du chat, il leva les yeux vers le ciel, juste à temps pour apercevoir la fin de course d'une étoile filante. Le matou se leva pour repartir, certains sont ainsi, incapables de rester où ils le devraient, toujours à chercher ailleurs les réponses les plus simples. La seule différence, c'était que Bluz de Web connaissait déjà sa réponse et que c'était elle qui ordonnait à tout son corps de marcher, marcher et marcher encore. Le félin ferma les yeux, un parfum de cerisier flottant à ses côtés. Un jour peut-être, il reviendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'ultime épreuve ~ Rp évent   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'ultime épreuve ~ Rp évent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'ultime épreuve ~ Rp évent
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Allez viens j't'emmène au vent || Brooke ♣

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans 123 :: 123 :: Archives :: RP-