La Guerre des Clans 123
Bienvenue jeune chat sur le territoire de La Guerre des Clans 123.

Inscris-toi vite et viens découvrir la sphère et ses mystères.


Là où le temps s'est arrêté
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Les moulins de Don Notte Picolla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


X Messages : 1870
X Points Team : 3084

MessageSujet: Les moulins de Don Notte Picolla   Mer 18 Juin - 7:13

Je basculais en arrière, laissant mon postérieur s'écrouler sur le sol. Un brin d'herbe coincé entre les crocs. Je l'aspirais consciencieusement. Elle était plus amère que la précédente. J'avais goûté trente-six brins d'herbes, aucun n'avait la même saveur. Pourtant, j'avais fait en sorte de ne manger que ceux qui se ressemblaient le plus ; taille, intensité de la couleur, largeur... Donnée intéressante.

Un ricanement attira mon attention. Je tournais la tête vers la tanière des apprentis. Deux jeunes chats de sept lunes se partageaient un lièvre et m'avaient pris pour divertissement. Ils parlaient à voix basse, craignant que Nuage de Secret, mon oncle, ne les entende, mais j'ai toujours eu l'ouïe fine.

— La petite chatte se transforme en écureuil ?

— En souris tu veux dire ! Elle est bien trop petite pour un écureuil.

— Peut-être que nous pourrions la manger.

— Tu veux rire ? Même dans dix lunes elle aurait toujours aussi peu de viande sur les os.

Je tournais la tête. Inutile de répondre, qu'aurais-je pu dire ? J'aurais pu leur sauter dessus pour leur crier que j'étais un mâle, mais ce n'était pas mon caractère, plutôt celui de mon frère. J'aurais pu essayer de leur expliquer que je cherchais à déterminer si l'herbe avait un goût particulier selon le lieu où elle se trouvait, mais ils n'auraient rien compris et cela n'aurait fait qu'aggraver les choses.

J'allais m'éloigner pour inspecter la pelouse du côté de la tanière du guérisseur lorsqu'un bruit attira mon attention. Cela venait du promontoire. Je bondit sur mes pattes, prêt à galoper jusqu'à l'objet de ma curiosité lorsqu'une petite forme noire se glissa dans mon champ de vision.

C'était une chatonne que je n'avais encore jamais vu, ou plutôt à laquelle je n'avais jamais fait attention. D'habitude, les chatons, en dehors de Petite Comète, finissaient tous par se comporter comme les deux apprentis et je préférais ne pas trop m'y consacrer. C'est peut-être pour cela que j'ignorais que Petite Lune était ma sœur adoptive depuis près d'une semaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 745
X Points Team : 2785

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Mer 18 Juin - 20:29

Petite Lune regarda son frère adoptif, sans vraiment comprendre ce qu'il faisait. Finalement elle remarqua deux apprentis plus loin, trop loin pour elle. Décidé à ne pas rester trop bas, elle entreprit d'escalader le promontoire pour mieux voir, mais bien vite, la chatonne compris que cela était un peu trop pour ses petites pattes. Déçu et un peu honteuse, elle s’éloignât tête basse, avant de relever vivement la tête en voyant Petite Nuit, sa queue s'agita alors joyeusement alors qu'elle s'avançait.

- Tu fais quoi à fouiller l'herbe comme ça ? Tu cherche de l'herbe à chat ? Tu n'en trouvera pas ici.

Petite Lune était fière de savoir le nom de certaine plante, me^me si elle était loin d'être capable de se souvenir de leur utilité. Elle était encore bien petite pour cela ? Scrutant le chaton de ses yeux bleu, elle s'avança maladroitement vers lui, ses petites pattes ne lui permettant pas la foulée gracieuse qu'elle aurait aimé avoir. Néanmoins elle s'arrêta à une longueur de queue du jeune mal, l'observant avant de regarder les deux apprentis qui avaient garder posés sur eux leur regard. Petite Lune releva fièrement la tête, agitant les moustaches avant d'ajouter à son frère adoptif sur le ton de la confidence.

- Ce sont ses cervelles de souris qui t'ont dit d'en chercher là ?

Pour Petite Lune, tout les membres du clan s'intéresser naturellement aux remèdes, elle était loin de se douter qu'être guérisseur intéresser en réalité bien peu de chat. Finalement, elle émit un ronron amuser lorsqu'un papillon vint se poser sur sa truffe, avant d'éternuer. Petite Lune releva la tête, cherchant l'insecte du regard avant de constaté que les deux apprenti, enfin, l'un d'eux, la désigné du bout de la queue à son camarade. Loin d'apprécier d'être prise pour cible et honteuse de leur avoir donner matière à rire, elle baissa la tête pour regarder ses pattes un instant, avant de finalement se relever d'un bond, une idée en tête qu'elle se retint pourtant de miauler. Elle préférer avant tout écouter un peu Petite Nuit, elle l'avait questionner et savait que le mieux à faire était au moins d'avoir la politesse d'attendre sa réponse. Et puis, elle voulait vraiment savoir ce qu'il faisait - depuis ce qui lui semblait être des lunes - à avancer la truffe dans l'herbe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 1870
X Points Team : 3084

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Jeu 19 Juin - 18:57

Je baissais les oreilles et battait le sol de la queue. L'herbe-à-chat... l'herbe-à-chat... Qu'étais-ce donc que cela ? Il y avait des brins d'herbes spéciaux pour les chats ? Les herbes de la grande place était dans un campement de chats donc peut-être qu'on les appelait de l'herbe-à-chat, mais la chatonne avait dit que je n'en trouverais pas ici, c'était donc autre chose. Je battait le rythme plus vite. Herbe-à-chat... je l'avais déjà entendu quelque part... le Guérisseur parlait beaucoup de ça ! C'était donc une plante spéciale, médicinale peut-être... mais à quoi ressemblait-elle ?

Je remarquais que cela faisait un petit moment que je n'écoutais plus ma voisine noire lorsqu'un papillon se posa sur sa truffe. Les couleurs sur ses ailes captivèrent aussitôt mon attention. Des couleurs brunes-oranges rayées de noir. Pourquoi tous les papillons n'avaient-ils pas la même couleur ? Celui-ci avait aussi de longues... tiges avec les yeux au bout et un peu de poil sur le torse. Comment faisait-il pour se poser sur la truffe de la chatte ? Je le savais ça ! Parce qu'il avait des crochets au bout des pattes.

Le même bruit du côté du promontoire me tira de mes pensées. La fourrure sur ma nuque se hérissa et je cessais aussitôt de frapper le sol. J'attendis trois Tours, quatre, six... rien. Je coulais le regard vers la chatte. Elle m'avait posée une question, juste avant l'herbe-à-chat. Qu'est-ce que je faisais là.

— J'observe, répondis-je. J'observe les différences entre les brins d'herbes. Nous avons l'impression qu'ils sont tous pareils, mais c'est faux. Chacun à sa propre longueur, sa propre largeur, certains ont une couleur plus claire ou plus foncé, sont déchiré, brunis par le soleil, tâchés par des traces d'insectes, certain sont légèrement tigrés, irréguliers... Pourtant ils poussent tous au même endroit, sous le même ciel. Ils doivent donc avoir quelque chose en commun, parce qu'un brin d'herbe c'est comme un chat, un chat c'est unique, c'est pour ça que toi et moi on ne se ressemble pas et pourtant lorsque nous sommes au même endroit nous trouvons un moyen de communiquer. Je crois que c'est pareil pour les brins d'herbes, ils doivent communiquer d'une façon ou d'une autre, mais est-ce que c'est par une odeur ? Une substance qu'ils injectes dans le sol ? Des particules invisible à l'oeil ? Comment tu t'appelle au fait ?

Sans m'en rendre compte, je m'étais levé durant mon discours et avait arraché deux ou trois brins d'herbes pour illustrer mes paroles. Je les enterrais rapidement sous un peu de poussière, navré pour eux, lorsque le bruit du promontoire recommença. Cette fois, je n'y jetait qu'un coup d'oeil, le Guérisseur me l'avait bien assez répété, les bruits et les mouvements étaient dans ma tête, ça n'existais pas. C'était du moins ce qu'il croyait, sans doute ce que croyaient tous les chats et si tout le monde le crois c'est que ça doit être vrai, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 745
X Points Team : 2785

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Ven 20 Juin - 19:26

Petite Lune émit un ronronnement serein à la fin de la longue tirade du jeune mâle, comprenant parfaitement son raisonnement, qui, il est vrai, était loin d'être stupide. Puis finalement, elle se rapprocha de lui pour regarder les herbes à ses pattes pour vérifié ses dires. Elle réalisa qu'il avait raison avant de finalement se redresser pour l’observer. Mais en voyant son poil se hérisser, la jeune femelle se tint aussitôt sur ses gardes, cherchant du regard ce que son camarade semblait craindre, finalement, ne voyant rien, elle s'éloignât de lui. Elle ne lui avait pas encore donner son nom mais ce qui l'intéresser pour le moment, s'était de trouver ce que Petite Nuit semblait craindre. Ne voyant rien, elle s'assit et remua les oreilles avant de répondre.

- Moi c'est petite Lune.

Pas un seul moment, la chatonne ne songea à demander son nom à son camarade. Au lieu de ça, elle posa une patte au pied du promontoire avant de lever la tête vers le haut de ce dernier, puis, n'y tenant plus, elle se retourna vers le chaton mangeur d'herbe et demanda d'une voix douce.

- Qu'est ce que tu guètes  ?

Petite Lune s'assit, elle ne comprenait pas ce que le matou semblait ainsi surveiller. Elle laissât plusieurs longues secondes s'écouler, cherchant quoi que ce soit qui puisse répondre à cette question, mais elle ne voyait ni n'entendait rien d'anormal. Néanmoins elle hérissa sa fourrure duveteuse, à la manière des chats en plein hiver, simple précaution. Petite Lune n'aimait pas être prise au dépourvu, ni servir de cible au raillerie, pourtant, en cet instant, elle pensait davantage à Petite Nuit et à ce qui avait bien pu détourner d'une telle manière son attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 1870
X Points Team : 3084

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Ven 20 Juin - 20:45

— Rien, répondis-je aussitôt.

L'air était frais, je n'avais plus envie de rester en place. Dressé sur mes courtes pattes, je sentait mieux le mouvement ambiant. J'avais envie de bouger.

— Tu aime courir ? demandais-je à Petite Lune. Moi j'adore, j'ai envie de courir.

Je me campais sur mes pattes, à moitié penché, comme pour prendre le départ. L'herbe me restait un peu sur l'estomac et un peu d'exercice ne me ferait pas de mal. Courir me changeais les idées. Je repérais l'itinéraire, veillant à éviter la pouponnière, songeant à grimper sur le rocher plat des Anciens.

— Le tour du camp, poursuivis-je en tournant sur moi-même. Feuille Morte dit que je dois éviter de courir et de m'agiter, mais ce n'est qu'un Guérisseur et je sens que si je ne le fais pas je vais exploser. Le tour du camp, allons-y.

Sans attendre la petite chatte, je partit au triple galop, bondissant comme un écureuil parmi les herbes vertes. La vitesse, le sol défilant dans les deux sens sous mes pattes, l'air me fouettant le visage, c'était comme voler. En un rien de temps, j'arrivais près du tronc d'arbre des Guerriers et me glissais dedans sans ralentir. Je bondis au-dessus d'une épaisse litière presque aussi haute que moi et percutais de plein fouet Cœur Cristallin qui faisait une sieste après sa patrouille de l'aube. J'eu l'image de mon pelage noir moucheté de roux percutant la fourrure blanche et longue de la Guerrière comme un météore s'écrase dans un soleil et m'écroulais en arrière, complètement sonné, des étoiles scintillant devant les yeux le battement de mon sang assourdissant mes oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 745
X Points Team : 2785

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Sam 21 Juin - 19:11

Petite Lune remua les oreilles, Feuille Morte n'était pas qu'un Guérisseur, s'était LE guérisseur et la chatonne n'appréciait guère la réplique du matou. Néanmoins elle se contenta de le toiser, préférant éviter de crée une dispute alors que elle aussi avait envie de bouger. Finalement, elle détalla à sa suite, moins rapide et bien plus pataude, néanmoins, Petite Lune se figea à l'entrée de la tanière des guerrier, approchant avec une curiosité mêlée de crainte. Elle repéré ensuite Petite Nuit et se figea en voyant la guerrière qui se relevait. La chatonne s'avança à pas très prudent alors que Cœur Cristallin semblait foudroyé le chaton de ses yeux bleu.

- Pardon, il ne voulait pas. Je ...

Le pelage de Petite Lune se hérissa, lui donnant l'air d'une grosse boule de coton noir alors qu'elle s'arrêtait prudemment derrière Petite Nuit posant le bout de la patte sur la tête de ce dernier. Il respirait vite - trop vite - réalisa la chatonne qui avait pris l'habitude d'écouter les battements du cœur de ses camarades, et donc le rythme de leur respiration, plus pour se rassurer qu'autre chose d'ailleurs. Lentement, elle releva ses prunelles bleu sur Cœur Cristallin. Si la guerrière l'intimidait, elle préféra néanmoins ne pas garder le silence et son miaulement inquiet sembla raisonner dans l'antre des guerriers.

- Tu crois qu'il va bien ?

Petite Lune riva de nouveau son regard bleu sur Petite Nuit, se demandant si elle devait détaller pour chercher Feuille Morte. Le guérisseur n'aimait pas la trouver dans ses pattes habituellement, trop curieuse, trop imprudente. Mais Petite Lune savait aussi que le matou ne refuserait pas de l'écouter si elle débarquait comme une furie, les poils hérisser d’inquiétude, cependant, elle ne bougea pas, intimidée par Cœur Cristallin et surtout, mortifie à l'idée que cela puisse aller vraiment mal pour le jeune mâle. Finalement, elle ferma les yeux en tremblant faiblement, se contentant de penser "Clan des étoiles, faites qu'il aille bien".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 1870
X Points Team : 3084

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Sam 21 Juin - 23:23

Je me redressais un peu perdu. Les yeux écarquillés. Où étais-je déjà ? Je regardais autour de moi, il faisait sombre et cela sentait le bois. J'avais perdu trente-huit précieuses secondes de ma vie. Je fixais Coeur Cristallin, bondit sur mes pattes, refit les quelques longueurs de griffe qui me séparaient de la chatte. Je me cabrais et posais les pattes avant sur le poitrail blanc pour être à la hauteur des yeux de la guerrière. Naturellement, je ne le pouvais pas, j'étais bien trop petit, plus petit encore que Petite Lune qui devait pourtant être plus jeune que moi sans battre des records de taille. Mais cela n'avait pas d'importance.

— Tu n'as donc pas idée de dormir au beau milieu du chemin ! feulais-je. Ne manquerais plus que je me sois brisé la nuque, blaireau va ! Comment dit-on au fait... blairette ?

Apprendre à courir m'avais rendu nettement plus audacieux, quelques lunes plus tôt j'aurais été bien incapable de me dresser ainsi sur mes pattes et d'aligner tous ces mots sans vomir. Ce choc avait cependant eut le mérite de me remettre les idées en place. Je savais ce que j'aurais à faire les jours à venir et ce qu'il fallait faire tout de suite.

Je me détournais de la Guerrière et sortit de la tanière au galop. Voyant que personne ne me suivais, je passais la tête devant l'ouverture du tronc, fixait les deux chattes de mes yeux ambres et lançais :

— Et alors, nous n'avons pas toute l'éternité. Vous venez ou quoi ?

J'allais au promontoire et collais la truffe sur le sol à la recherche d'une piste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 745
X Points Team : 2785

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Dim 22 Juin - 18:26

Petite Lune se figea de stupeur en regardant Petite Nuit, ce chaton était fou. Incapable de réagir, la chatonne observa cet échange, le cœur battant la chamade à mesure que la peur montait en elle. Et cela a cause d'une chose, la réaction prochaine de la guerrière. Mais Cœur Cristallin se contenta de bailler lorsque le jeune mâle audacieux fila en dehors ed la tanière. Soulagée par ce manque de réaction vive, Petite Lune rejoint Petit Nuit au petit trot avant de s’arrêter à côté de lui.

- Et maintenant ? Tu cherche quoi ?

La chatonne releva subitement la tête, une douce odeur de gibier chaud émanait de l'extérieur, porter par une brise légère. S'était peut-être cela que son camarade cherchait. Sans plus attendre, la petite femelle s'éloignât de son comparse, suivant l'odeur jusqu'à la frontière du camp, la elle se figea. Plus d'une fois déjà, on l'avait rabrouée alors qu'elle s'approchait autant, que se passerait il cette fois ? Petite Lune se retourna et remarqua que Petite Nuit ne l'avait pas suivis, contrariée, elle fit demi tour pour se  planter juste sous le nez de se dernier.

- Tu es sur que tout va bien ?

Bien sur que non tout n'aller pas bien, cette cervelle de souri venait d'insulter une guerrière de blaireau. Mais la chatonne s’inquiéter davantage de la nouvelle réaction du matou, lequel cherchait on ne savait quoi. Finalement, la petite femelle noire remua les vibrisses d'amusements. Au moins, elle ne perdait pas son temps a ennuyer Feuille Morte sur les remèdes qu'il connaissait. Lequel semblait d'ailleurs peu disposé à lui expliquer quoi que ce soit. Finalement, Petite Lune plongea ses yeux bleu dans ceux de son camarade, tout en grattant le sol d'une patte, un tant soi peu nerveuse.C'est qu'elle attendait toujours que Cœur Cristallin ou un autre chat du camp vienne, ce qui ne tarderait peut-être pas après la scène que venait de lui offrir petite Nuit en défiant ainsi la guerrière avant de sortir, pour les attendre toutes deux qui plus est.


Dernière édition par Petite Lune le Dim 22 Juin - 21:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 1870
X Points Team : 3084

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Dim 22 Juin - 19:57

Je levais le museau et regardais de tous côtés. Coeur Cristallin était restée dans la tanière. Bien sûr, c'est ce qu'ils faisaient tous tout le temps. Impossible de trouver un Guerrier motivé. Je regardais Petite Lune qui me fixait droit dans les yeux. Je vis qu'elle avait une petite croûte au coin de la narine droite, des petits losanges argentés dans l'iris et une oreille légèrement plus petite que l'autre. Je m'approchais d'elle jusqu'à ce que nos truffe soient à un dixième de griffe de se toucher et que mon souffle lui agite la fourrure.

— Ecoute avec attention et tâche de garder un air naturel, chuchotais-je. Tu vois le promontoire ? Non ! Ne le regarde pas. Il y a près de cet endroit quelque chose qui ne devrait pas y être, quelque chose que ni toi ni moi ne pouvons voir et que je peux à peine percevoir. Je ne sais pas ce que c'est, un animal, un esprit ou n'importe quoi d'autre. Quelque chose qui s'est perdu ou qui cherche quelqu'un, qui a besoin d'aide ou qui pourrait nous tuer et tout le Clan avec et si tel était le cas, nous sommes les seuls à pouvoir l'arrêter.

Un frisson me parcouru la nuque alors que je venais de retrouver la trace de l'étrange force invisible. Elle se dirigeait vers la tanière des apprentis, les deux jeunes chats qui s'y prélassaient encore semblaient n'avoir rien remarquer, il n'y avait pas de temps à perdre.

— Nous allons devoir agir vite, la chose se déplace et je suis presque sûr que ce n'est pas pour de bonnes raisons. Va voir les deux apprentis et discute avec eux, essaye de les faire s'éloigner. Pendant ce temps, j'irais par derrière. Convenons d'un signal si je cri "derrière-moi", tu laisse tomber tout ce que tu fais et tu viens derrière moi, si je cri "cours", tu cours, si je dis "reste là", tu reste là.

Je n'avais encore jamais fait ça, un frisson d'excitation me parcouru le corps. Enfin, savoir marcher, percevoir l'invisible... tout cela semblait prendre sens. Je dressais les oreilles, tendit mes muscles, prêt à voler sur le sol.

— Est-ce que tu as peur ?

Je fixais la chatte, avec sur le visage ce qui aurait été un sourire sur celui d'un humain. Voilà qui devenait très intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 745
X Points Team : 2785

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Dim 22 Juin - 21:24

Petite Lune se figea, écoutant son camarade avec attention, se demandant de quoi il pouvait bien lui parler. Son regard dévia naturellement vers le promontoire mais à cette heure ci, il n'y avait pour elle rien d’inhabituel. La chatonne se retient de demander ce qu'étais cette chose et pourquoi Petite Nuit était le seul à le percevoir ? Ne le pouvait elle aussi ? Elle ferma un bref instant les yeux, à quand remonter son dernier rêve ? Elle ne s'en rappelait plus, mais elle savait que son dernier rêve avait précédé son adoption par le clan. La boule de fourrure noire frémit, tout cela lui semblait irréel à présent et elle reporta vivement son attention sur le chaton. Elle n'avait pas écouter tout son discourt mais son échine se hérissa alors qu'il lui miaulait sa question.

- Je suis un chat du clan du Tonnerre, je n'ai peur de rien !

La jeune femelle s’éloignât vers les apprentis, arriver face à eux, elle se jeta sur le premier, les pattes avant bien écarter et toutes griffes dehors. Elle voulait tester cette posture de combat qu'elle avait vu une fois, sans plus savoir ou. L'apprenti ne la prendrait certes pas au sérieux, elle n'était qu'un chaton après tout. Ceci dit, à sa grande surprise, il se prit au jeu, et quand il lui demanda de la suivre au centre du Cercle Vert pour lui montrer quelques postures avec l'autre apprenti, Petite Lune constata que Petite Nuit n'était visible nul part.
La petite émit un ronronnement de satisfaction alors qu'elle redressait le museau pour repéré l'odeur du matou. Elle capta l'effluve tant rechercher mais s'emmêla les pattes et s'étala sous le sol sous le regards des deux apprentis dont les moustaches frémirent d'amusement. Honteuse, Petite Lune s'assit, fixant ses pattes avant de se rappeler que les deux chats voulaient lui montrer ce qu'ils avaient appris. Le combat n’intéressait pas Petite Lune mais elle fit l'effort de les regarder. Pourtant, ses oreilles pivotaient sans cesse car sans vouloir le montrer, son attention était rivé sur un jeune mâle avec lequel elle était en mission secrète.

- Par le Clan des Étoiles ...

Petite Lune sentis la chaleur lui monter aux oreilles alors que les deux apprentis la toisait, elle compris rapidement qu'ils la croyait surpris et elle se força de lisser sa fourrure qui s'était hérisser, avant de tourner la tête à la recherche de Petite Nuit. Ne le trouvant toujours pas, elle reporta son attention sur les apprentis, en tout désespoir de cause.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 1870
X Points Team : 3084

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Dim 22 Juin - 21:57

Petite Lune fut plus efficace que tout ce que je pouvais espérer, en un rien de temps les deux apprentis avaient quittés leur tanière. Je partis aussitôt en quelques bonds, longeait les fortifications et atteignit l'arrière de la tanière des apprentis. Maintenant, il fallait faire attention. J'avançais à pas de velours, tapis entre les litières, ma fourrure brune et rousse me cachait à merveille. Je chuchotais :

— Qui es-tu ? D'où viens-tu ? Je suis ici pour t'aider, n'ai pas peur.

Je sentit un frisson plus vif, la chose était proche. Je retournais une litière, rien. D'où pouvait provenir cette bestiole invisible ? Il fallait que j'en trouve la source. Je furetais, soudain, je sentit comme une décharge à la patte. Il me sembla percevoir un tremblement dans l'air, comme l'air au-dessus des rochers par journée aride. Le tremblement se déplaça aussitôt, très vite. Je le poursuivit un instant entre les litières, essayant de l'arrêter. La brume m'échappa et s'enfuit vers le Cercle Vert, droit vers Petite Lune et les deux apprentis.

— Petite Lune ! Petite Lune ! Attention ! hurlais-je.

L'un des apprentis était occupé à montrer une technique de chasse à Petite Lune, il ne tourna pas la tête. Je bondit dessus pour le plaquer à terre. Heureusement, j'avais assez d'élan pour cela, sinon il n'aurait pas bougé d'un poil.

— Qu'est-ce qui te prends idiot !? s'exclama le félin.

Je me redressais, cherchais l'illusion d'optique. Soudain, le regard du second apprenti attira mon attention, il était étrangement vide.

— Petite Lune, derrière-moi.

J'examinais le félin, mis à part le regard il semblait assez normal. Soudain, il se mit en position de chasse et essaya de me sauter dessus. J'esquivais, preste comme un écureuil. Hélas, je m'étais déjà trop agité, mon cœur battait la chamade à mes oreilles. Je ne pourrais pas éviter des attaques trop longtemps. Je reculais, m'accroupis à moitié, trop fatigué pour rester debout avec les Tours.

— Petite Lune ! Il faut qu'on l'emmène hors du camp, soufflais-je. J'ai besoin de réfléchir.

L'apprenti prépara une nouvelle attaque, l'ennuis, c'était que je ne connaissais absolument aucune technique de combat ou de chasse. Il était déjà suffisamment compliqué pour moi de tenir debout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 745
X Points Team : 2785

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Jeu 26 Juin - 15:06

Petite Lune releva la tête, mais mis à part Petite Nuit, elle ne vit rien. Elle compris soudain pourquoi les autres lui avaient dit à son arriver de ne pas s'occuper du jeune mâle, il pourchasser des ombres, rien de plus. Cependant la petite femelle remua les moustaches en le voyant bondir sur un des deux apprentis, elle recule d'un pas quand ce dernier feula, réaction bien normale d'ailleurs. Puis la chatonne obéit a Petite Nuit, sans comprendre davantage ce que lui pouvait bien voir. Finalement, elle recula a son tour, bondissant sur l’apprenti avant que ce dernier ne réagisse, passant au dessus de Petite Nuit avant de minaudé.

- Fini de jouer, nous sommes fatigués, merci.

La minette se retourna et vint doucement lécher l'oreille du chaton, étonnamment plus petit qu'elle malgré ses lunes supplémentaires. Elle se planta devant lui au bout de plusieurs secondes, incapables de rester calme. Ses griffes labourer doucement le sol quand elle prit parole.

- Feuille Morte a peut-être raison tu sais, moi je ne vois rien en tout cas. Et puis, tu doit souffler un peu, tes flancs se soulève trop vite et ...

Ses oreilles frémirent alors que son regard se figea, Petite Lune se retourna vivement vers les apprentis qui les dévisageaient. Elle aperçu quelque chose, ou du moins en eu l'impression. Elle se retourna vers Petite Nuit avant de s'assoir, miaulant d'une petite voix.

- S'était quoi, ça ?

La chatonne ne savait si elle avait bien vue ou si la fatigue lui jouait des tours, mais elle était sure que Petite Nuit aurait une réponse. Elle trembla faiblement, se rapprochant malgré elle de son camarade, guère rassurer par cette vision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 1870
X Points Team : 3084

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Ven 27 Juin - 10:30

Mon coeur sombra au fond de mes pattes lorsque Petite Lune parla de Feuille Morte. Elle aussi me croyait fou... Peut-être l'étais-je. Pourtant je n'avais pas rêvé, la forme, les sensations... Peut-être que nous devrions retourner chacun de notre côté, faire comme si de rien était ou comme si tout cela n'avait été qu'un jeu, mais qu'arriverait-il à l'apprenti dans ce cas ? Il avait toujours le regard désespérément vide, agitait la tête comme s'il tombait de sommeil et surtout ne bougeait pas alors que son camarade avait déjà tourné les talons pour retourner devant sa tanière. Non, je ne pouvais pas le laisser comme ça, il fallait que je le sauve, même si je ne savais pas de quoi.

Soudain, Petite Lune tourna la tête, l'air étonnée. Elle se tourna vers moi et je compris à son regard qu'elle avait vu la même chose que moi.

- C'était quoi, ça ? demanda-t-elle à mi-mot.

Je sentit à nouveau ma bonne humeur remonter. Depuis ma naissance il ne m'avait pas semblé m'être autant amusé.

— Je l'ignore, répondis-je. Je sais juste que tu ne rêve pas et que cette chose prends le contrôle des chats. Regarde bien, juste au-dessus de son front.

Je collais ma tête contre celle de la chatte, obligé de me dresser légèrement sur mes pattes pour être à bonne hauteur, et la poussait légèrement pour qu'elle regarde au bon endroit. En plissant un peu les yeux, on pouvait voir l'ondulation de l'air.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 745
X Points Team : 2785

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Ven 27 Juin - 19:29

Petite Lune recula d'un bond et son pelage se hérissa, cette chose que Petite Nuit voyait, elle aussi le voyait. Elle planta nerveusement ses griffes dans le sol avant de calmer sa surprise, forçant son pelage duveteux à redevenir le plus lisse possible, chose guère facile. Ceci dit une fois cela fait elle se força à s'assoir, plantant son regard sur l'apprenti.

- Feuille Morte se trompe alors ... et tu es le seul a bien voir cette ... chose.

Petite Lune ferma a demi les yeux, laissant une brise légère lui caresser le museau avant de rouvrir les yeux, scrutant un instant le ciel limpide. La nuit ne viendrait pas de si tôt et ils avaient largement le temps de chasser l'étrange chose que son camarade voyait si aisément. La chatonne pensa au clan des étoiles, savait il ce qu'était cette sorte de brume à peine visible ? Surement, après tout, ils voyaient tout. Petite Lune se redressa calmement.

- Tu as un plan ?

Son miaulement n'était pas aussi assurer qu'elle le voulait mais son regard bleu était emplit d'une détermination sans égale. Elle aiderait Petite Lune, ils étaient en mission et si à présent, elle ne voyait plus rien, elle savait que le matou lui, le verrait. La petite femelle au pelage noir inspira un grand coup, elle devait rester calme et ne pas dévié son attention, chose guère aisé quand les parfums de la nature et me^mes les insectes devenaient propice à partir sur d'autres aventure. Mais elle, elle serait guérisseuse, rester attentive, elle savait faire, du moins, un peu plus que certains chatons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 1870
X Points Team : 3084

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Ven 27 Juin - 22:31

A peine Petite Lune m'avait-elle demander mon plan que l'apprenti avait tourner les talons pour s'éloigner vers l'entrée du camp d'une démarche raide. Un nouveau frisson me parcouru la nuque et je m'efforçais de l'ignorer.

— Suivons-le !

Je m'élançais sur les traces de l'apprenti, il ne marchait pas trop vite, serait facile à suivre. Alors que nous arrivions à l'entrée, je fis signe à Petite Lune de rester près de notre aîné. Nous étions encore des chatons, nous ne pouvions pas quitter le camp sans escorte, j'espérais qu'un apprenti serait un laisser-passer suffisant. Alors que nous sortions, Patte Noire rentrait chargé de proies. Heureusement, nos pelages sombres à Petite Lune et moi suffirent à nous dissimuler aux yeux du Guerrier.

Une fois le camp à quelques longueurs de queue, je trottait devant pour me retrouver à hauteur du museau de l'apprenti et l'examiner de plus près. Je l'observais le temps de plusieurs foulées avant de revenir à hauteur de Petite Lune.

— J'ai une idée, dis-je. Je ne suis pas certain qu'elle marche, mais cela vaudra toujours mieux. Si jamais les choses tournaient mal, cours jusqu'au camp sans te retourner.

Je regardais devant nous, l'apprenti filait en droite ligne vers la frontière.

— Il va vers le parc, viens.

Je m'élançais vers le jeune chat, jetais un coup d’œil vers Petite Lune pour vérifier qu'elle me suivait. C'était peut-être la première fois qu'elle quittait le camp, j’espérais que cela ne la distrairait pas trop, qu'elle puisse s'enfuir en cas de danger. Je commençais alors à m'adresser à la chose.

— Pourquoi fais-tu ça ? Pourquoi prendre ce chat ? Tu pouvais pourtant te déplacer seul non ? Est-ce que tu es trop faible ? Est-ce que tu as besoin de lui en particulier ? Ce n'est pas vraiment un bon choix, il n'est pas très futé et n'est sans doute pas le meilleur combattant du Clan. Pourquoi alors ? Tu as besoin d'un corps c'est cela ? Pourquoi faire ? Si tu voulais partir, pourquoi ne pas l'avoir fait tout de suite ? Est-ce que tu as eu peur parce que je t'ai vu ? Si tel est le cas, j'en suis désolé, mais sache que je suis le seul à te voir.

J'entendis comme un grondement sourd semblable au bruit d'une nuée d'abeilles.

— Petite Lune ? Non, je lui ai montré, mais je suis sûr qu'elle a dit qu'elle te voyais pour ne pas me contrarier. Tu sais, j'agit souvent bizarrement et plus personne ne fait attention à moi, en plus j'ai le pelage sombre résultat personne ne me voit. Cet apprenti en revanche, je suis sûr que tout le monde remarquera son absence ou son étrange démarche. Tu ferais mieux de le laisser, trouver un autre... moyen de transport. Un écureuil par exemple, c'est rapide et discret. Tu n'as pas besoin d'un chat.

Le bourdonnement repris et l'apprenti s'arrêta. Je vis l'ondulation s'élever au-dessus du crâne du jeune chat qui s'écroula à terre, inconscient. La force invisible tourna un instant en l'air avant de frôler Petite Lune.

— NON ! hurlais-je sans m'en apercevoir.

A peine le son était-il sortit de ma gorge que la chose était entrée dans ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 745
X Points Team : 2785

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Sam 28 Juin - 14:55

- D'accord

Bien que s'était son propre miaulement, Petite Lune frissonna à l'idée de quitter le camp. Elle l'avait certes déjà fait une ou deux fois, mais à chaque fois le résultat avait été décevant. Rattraper par un guerrier et durement sermonné, sauf la fois ou elle avait suivi Feuille Morte. Petite Lune frémit à ce souvenir, le guérisseur n'avait pas parlé de son escapade mais lui avait demandé de ne plus jamais désobéir. La chatonne fila ventre à terre et se tapi à même le sol, rampant au passage de Patte Noire. Puis elle suivit du regard Petite Nuit, le suivant plus prudemment.

- D'accord.

Petite Lune n'aimait pas cette idée, abandonné les siens, mais en même temps, cela valait bien mieux que de risquer leur peau a tous. Elle remua les moustaches, avant d'avancer à côté de Petite Nuit, prudente. La femelle se figea en entendant son nom, mais elle ne répliqua pas, elle avait bien mieux à faire. A commencer, rester concentrer, ne pas laisser les odeurs des plantes qu'elle connaissait détourné son attention et encore moins, le moindre bruit.

- Qu'est ce que ...

La boule de poil noire fila droit sur l'apprenti, le poussant du bout du museau, ignorant le cri de Petite Nuit qui s’estompait seulement. Soulagée de voir l'apprenti respirer normalement, elle se tourna vers petite Nuit qu'elle examina avant de sentir son échine se hérisser.

- On ne s'attaque pas au clan du Tonnerre,, quoi que tu sois tu vas le payer.

L'ennuie, songea Petite Lune, c'est qu'elle préférait soigner que de se battre, qui plus est elle ne savait à quoi elle avait à faire et le chaton qu'elle avait décidé de suivre ne semblait guère à l'aise. Ou plutôt, il ne semblait plus être lui même.

- Petite Nuit ?

Son propre miaulement sembla étranger à Petite Lune qui venait de reculé d'un pas, soudain consciente que tout cela aller trop loin. Ses pattes lui semblèrent étonnamment lourde alors que son regard se voilait légèrement. "Garde Confiance". Qui était là ? Petite Lune cligna des paupières, ne voyant que l'apprenti allongé à une longueur de queue d'elle et Petite nuit un peu plus loin. Que faire ? Filer au camp ? Non, elle devait rester près de l'apprenti jusqu'à son réveil, mais et Petite Nuit ? Le dilemme lui semblait trop lourd alors qu'elle s'asseyait, son pelage toujours autant hérisser. Réfléchir, s'était ça le mieux à faire dans l'immédiat, même si la chatonne doutait de trouver une solution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 1870
X Points Team : 3084

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Sam 28 Juin - 16:05

C'était une sensation très étrange, je me sentais avancer sans avoir l'impression de me mouvoir. Le bourdonnement d'abeille était devenu beaucoup plus fort à l'intérieur de mon crâne, je n'entendais plus que lui et il me captivais, m'hypnotisais. Je vis défiler quelques brins d'herbes autour de moi, encore un signe que je progressais vers une destination inconnue où je n'avais aucune envie d'aller.

J'essayais aussitôt d'ignorer le bourdonnement, cela me sembla impossible. Je me concentrais donc sur autre chose, sur ce qui n'avais pas de rapport avec ma pensée, mes muscles. Je fis en sorte de les tendre au maximum pour les figer. C'était comme lors de ma naissance, les muscles tendues bloquant tout mouvement jusqu'à ce qu'ils se décontractent. Si je les tendait suffisamment, ils ne bougeraient plus. A mon grand étonnement, cela marcha. Mes pattes devenues raides refusaient de se plier malgré le grondement redoublé. Je sentit une présence dans ma tête se dresser toute entière sur l'action de me faire lever la patte gauche et j'en profitais aussitôt pour écarter les trois autres. M'écroulant sur le sol, face contre terre, je retrouvais un peu de mes esprits. L'être invisible semblait très énervé et le bruit qu'il faisait devenait douloureux. Je me concentrais sur lui, puisque nous partagions le même esprit je devais bien être capable de fouiller dans ses pensées.

Les sensations étaient presque imperceptibles, j'étais si concentré que j'avais l'impression d'être devenu aveugle, difficile de retrouver quelles pensées étaient les miennes ou non. Si seulement je les avais un peu mieux classé... J'essayais une autre méthode et visualisais le moment où j'avais sentit la chose pour la première fois. Le promontoire. Je lâchais aussitôt un miaulement de surprise. Une créature inconnue se trouvait à côté du grand rocher et me fixais de ses yeux jaunes. Elle avait la taille d'un gros rat, enfin, ma taille. Ressemblais à un croisement étrange entre un renard et un rongeur avec des sortes de petits pics dressé sur le dos. La bête poussa un bourdonnement et je sentit ma nuque frisonner. Elle se mit à courir vers moi pour se réfugier dans la tanière des apprentis. Je lui posais une patte dessus, l'immobilisant aussitôt.

— Pourquoi fais-tu ça ? Qu'est ce que tu es ?

La bestiole ne répondit pas, mais je sentit des sensations confuses de peur et de solitude qui ne m'étaient pas inconnus. Cette créature était comme moi, invisible et seule. Peut-être qu'en la remarquant j'avais tout déclenché, je lui avais fait peur. Une vive douleur à la poitrine me fit perdre le contacte. Le bourdonnement repris, furieux. Je n'arrivais plus à garder le contrôle de mon esprit, il fallait que la créature parte. Je n'avais jamais sentit mon coeur battre aussi vite, il semblait sur le point d'exploser. mes pattes labourais le sol sans que ni moi ni la chose ne leur aillons demandé. Je rassemblais mes forces pour entrouvrir les crocs.

— Mords... soufflais-je en espérant que Petite Lune ne s'était pas enfuie, Mords moi un coussinet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 745
X Points Team : 2785

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Sam 28 Juin - 16:58

Petite Lune se figea, ou allait donc Petite Nuit ? La chatonne ne réfléchit pas davantage, après un dernier regard sur l'apprenti, elle emboita le pas au jeune mâle. Elle ne devait surtout pas le perdre de vue. Elle s’aplatit contre le sol en le voyant s'écrouler, faisant abstraction du grattement d'un surmulot dans le creux d'un arbre plus loin. "Ne pas perdre de vue Petite Nuit, ne pas me laisser déconcentrer. Clan des Étoiles, faites que tout aille bien." La chatonne rampa, faisant fuir le rongeur sur son passage et luttant contre son envie de le poursuivre. Discipline, voilà tout ce qu'elle voulait retenir. Ses pattes se dérobèrent sous elle, et elle mit un instant a comprendre que son instinct avait voulu prendre le dessus. Mais Petite Lune était bien décidé à ne pas laissé son jeune esprit se dispersé. "C'est comme quand tu cherche une plante précise m'a dit Feuille Morte, concentre toi juste sur ça." Soulagée de sentir le torrent de ses pensées s'apaiser, la femelle noire se redressa lentement, humant l'odeur du matou avant même de le voir.

- Petite Nuit ... Je ... Je ne peut pas ...

Le mordre ? Qu'elle idée ? Petite Lune recula, tremblante. On ne s'attaquait pas à un chat de son clan, s'était la première chose qu'elle avait appris en arrivant ici. Ça appartenait au code du guerrier. " Ce n'est qu'un jeu ... dit toi qu'il veut jouer ..." Ses pensées là finirent par rassurer la chatonne qui se recula encore d'un pas avant de se mettre dans la position de chasse que les deux apprentis lui avaient justement montré un peu plus tôt. Sa proie, 'était Petite Nuit. L'odeur du surmulot croisé près du tronc lui revint en mémoire, manquant de la faire saliver alors qu'elle bondissait, percutant son compagnon de plein fouet et sortant juste assez ses griffes pour se raccrocher à lui sans le blesser mais pour se permettre de retrouver l'équilibre. Elle planta ses crocs dans la première patte qui lui passa sous le museau avant de se dresser au dessus de lui, posant alors sa propre patte sur la gorge du chaton avant de feuler.

- Tu as perdu

Ses griffes de nouveau rétracté, elle força son poil duveteux à se lisser un tant sois peu, sans lâcher du regard son camarade. Le dominant ainsi, elle s'imagina un instant guerrière, avant de se rappeler que ce qu'elle préférait, s'était pouvoir aider, et non blesser. Son regard se radoucit au moment même ou Petite Lune reculer, juste assez cependant pour permettre à Petite Nuit de se redresser.


Dernière édition par Petite Lune le Sam 28 Juin - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 1870
X Points Team : 3084

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Sam 28 Juin - 17:41

Dès que je sentit les petits crocs s'enfoncer dans ma patte, ce fut comme une décharge qui me parcourut le corps. Cette douleur ajoutée à celle qui me tiraillait au niveau du poitrail et à mon terrible mal de crâne fut la goutte de trop que j'espérais. Je poussais un feulement à réveiller un mort qui surpassa le bourdonnement dans ma tête. Presque aussitôt, la vue revint et je découvrit le museau de Petite Lune qui me bloquait au sol. Je vis l'ondulation au-dessus de moi et l'aperçut détaler entre deux fougères alors que ma sauveuse me libérais.

— C'est fini, soufflais-je.

Je restais un moment sur le sol, les quatre pattes en l'air, à attendre que mon rythme cardiaque retrouve sa vitesse normale. Je me sentais épuisé et l'esprit vide. Je ne pouvais m'empêcher de penser à la créature si seule qu'elle avait été jusqu'à enlever un félin pour trouver de la compagnie. Il y avait tellement de colère et de tristesse en elle... J'avais cru que c'était à moi qu'elle me faisait penser. Je me sentais parfois si seul au camp, parmi tant de félins qui ne comprenaient pas ce que je disais, mais je réalisais qu'il n'en était rien, j'étais tout sauf seul. Il y avait ma famille, Petite Lune, les apprentis qui cherchaient à m'énerver et les guerriers qui me laissaient leur feuler dessus sans rien dire. Je n'étais pas seul, mais je connaissais quelqu'un qui l'était.

Je me roulais sur le côté pour me trouver sur le ventre. Mon regard ambré emplit de tristesse. J'avais pris ma décision pour une question que j'avais dut ruminer des nuits durant depuis plusieurs semaines. Je regardais Petite Lune droit dans les yeux et me relevais.

J'allais humer la fourrure de l'apprenti, il respirait encore. Il ne se souviendrait sans doute de rien.

— Petite Lune. J'ai encore une mission de la plus haute importance à te confier.

Je plongeais à nouveau mon regard dans le sien. Etais-ce la bonne décision ? J'étais près à parier que non, mais la créature, celle que j'avais été le seul à voir, m'avait ouvert les yeux. J'avais en moi le pouvoir de percevoir des choses que les autres ne voyaient pas, je devais apprendre à m'en servir, quel qu'en soit le prix.

— Lorsque tu retourneras au camp, tu diras à ma mère, mon frère et ma sœur que je les aimerais toujours et qu'ils devront se souvenir de ça lorsqu'ils m'en voudront. Tu leur diras aussi que je ne les oublierais jamais. Quand à toi, n'oublie jamais qu'il existe autour de toi des choses à côté desquelles tu peux passer si tu n'y prends pas garde, comme nous passons chaque jour parmi les brins d'herbes sans voir qu'ils sont uniques.

Je tournais la tête vers le ciel, une nouvelle nuit ne tarderais pas à tomber et je devinais qu'elle serait magnifique.


Dernière édition par Etoile Mélancolique le Ven 11 Juil - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 745
X Points Team : 2785

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Sam 28 Juin - 18:00

Petite Lune ronronna de satisfaction, venant doucement frotter son museau contre l'oreille de Petite Nuit. Puis elle le laissant retourner près de l'apprenti, préférant s'assoir pour se lécher le poitrail, et essayer vainement de remettre un peu d'ordre dans sa fourrure. Finalement elle releva la tête, son regard bleu plongeant dans celui du jeune chat, pourtant plus âgés qu'elle. " Une missions ? Encore ?" Elle se retint de miauler ses paroles, se contentant de pencher légèrement la tête sur le côté, ignorant la légère brise qui venait de derrière elle, caressant son pelage et charriant avec elle des parfums qui lui étaient souvent inconnu.

- Tu compte partir ?

Les paroles du chaton venait de réveiller en Petite Lune une terreur sans égal. Pourquoi lui dire cela, pourquoi ses mots ? La chatonne se figea, l'échine hérisser et les griffes planté dans la terre meuble sous elle alors qu'elle sentait ses pattes prêtes à s'effondrer. L'abandon, elle connaissait déjà se sentiment, sa vraie mère l'avait abandonné elle aussi. Elle ferma les yeux et secoua la tête, incapable de gardé les idées clair pourtant. Mais elle ne broncha pas davantage, fixant de nouveau Petite Nuit, mais comme s'il n'était pas là, perdu dans un vague souvenir. L'odeur chaude et rassurante de sa mère l'enveloppait de nouveau. Mais d'elle, il n'y avait rien d'autre. La couleur de ses yeux ? De son pelage ? Envolé de son esprit, oublié. Elle se souvint du froid soudain, de miaulement curieux et inconnu, de voix de chats qui l'avaient effrayés. Et finalement celle, rassurante, de Nuage de Vérité. Le souvenir s'arrêta violemment là, lui coupant le souffle alors que Petite Lune fixait de nouveau pleinement Petite Nuit. Elle tremblait faiblement, mais pour ne rien en montré, elle gonfla un peu plus son poil déjà hérisser, reculant d'un pas, sentant ses pattes prêtes pourtant, à se dérober.

- Tu ... tu ne peux pas ...

Petite Lune savait ce qu'elle devait faire, courir aussi vite que ses pattes le lui permettraient et prévenir le clan. Sauf que voilà, elle était paralyser, incapable de réagir comme elle le voulait. On lui avait déjà mainte fois répétés qu'un chaton égarer ne survivait pas longtemps, que s'était pour ça qu'elle devait rester à l'intérieur du camp. Petite Lune secoua la tête de nouveau, chassant encore une fois l'odeur persistante de sa mère. Réagir, elle devait réagir pourtant, elle en était bel et bien incapable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 1870
X Points Team : 3084

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Sam 28 Juin - 20:33

Je vis Petite Lune vaciller, mais j'ignorais pourquoi. Je m'approchais d'elle, pour que nos museau se trouvent face à face, que nos moustaches se croisent, et je posais une patte sur l'une des siennes.

— Tu as été la première personne qui ait entrevu ce que je vois, cela fait de toi une personne bien particulière et je te promet sur tout ce que j'ai et que je pourrais avoir que ceci n'est qu'un au revoir. Un jour nous nous reverrons Petite Lune, peut importe la route que nous prendrons tous les deux, un jour je reviendrais te voir et peut-être vivrons nous encore une aventure bizarre. Et si jamais je devais mourir avant je trouverais quand même un moyen pour te retrouver. Je te le promets.

Je m'éloignais, j'avais une longue route à faire et de toutes petites pattes. Il me faudrait sans doute courir, mais l'idée de ce que je pourrais croiser en chemin me donnais assez d'énergie pour tenter ce que je souhaitais entreprendre. Au pire, si j'échouais, il ne serait pas si difficile de retrouver ma trace.

— Laisse-moi juste un peu d'avance avant de prévenir les autres. Avec un peu de chance, je ne serais absent que quelques jours.

C'était insensé de faire cela, je filais sans doute droit vers un piège, mais quelque chose me disais que je devais le faire. Je bondit vers les buissons, me retournais une dernière fois.

— Au revoir Petite Lune, puisse les milliers d'étoiles veiller sur toi chaque nuit.

Je m'élançais alors au grand galop, disparaissant entre les hautes herbes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


X Messages : 745
X Points Team : 2785

MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   Dim 29 Juin - 9:11

Petite Lune se figea davantage, refusant d'entendre ce que pourtant, elle entendait parfaitement. Finalement elle regarda Petite Nuit filer avant de lever la tête vers le ciel, observant ce dernier qui déjà, semblait s'assombrir. Elle s'allongea, laissant le temps a ses pensées de se remettre en ordre avant de miauler doucement.

- Tu as tout intérêt a revenir, Petite Nuit. Avant que je sois apprentie.

Elle se redressa, les pattes un instant vacillante, puis, elle fit demi tour, la queue bien haute et droite alors qu'elle s'avançait vers l'apprenti qui dormait toujours. Elle vint frotter son museau contre l'oreille de ce dernier, avant de doucement le pousser, assez pour qu'il se réveil. Finalement elle ronronna légèrement, voyant se dernier ouvrir les yeux.Il la dévisagea un instant, avant de se redresser, prêt a râler après la chatonne.

- Petite Nuit est parti, tu le suivait puis tu es tombé. Je vous ai suivis aussi, vite, il faut prévenir le clan.

La matou sembla se réveiller bien plus vite encore, il ne chercha pas davantage d'explication, faisant demi-tour pour rejoindre le camp, invitant Petite Lune à le suivre. La femelle noire ne se fit pas priée, jetant pourtant un dernier coup d’œil en arrière. "Clan des Étoiles, veiller bien sur Petite Nuit." La chatonne franchi l'entrée sur les talons de l'apprenti, se figeant en voyant plusieurs guerriers qui s'étaient tourné vers eux. Elle cherche sa mère adoptive du regard, avant de se ravisé, ce contentant de miauler ce qu'elle savait, espérant que cela suffirait.

- Petite Nuit est parti. J'ai essayer de le retenir mais j'ai vu l'apprenti s'effondrer et ... et ...

La chatonne se recroquevilla, espérant que cela suffirait pour qu'on la laisse tranquille. Ce qui arriva d'ailleurs rapidement. Feuille Morte resta un instant planté là, l'observant avant de rejoindre son antre. Si le regard du matou ne lui avait pas échapper, elle préféra pourtant l'oublier pour rejoindre la pouponnière, les pattes tremblantes. Elle s'allongea dans la mousse à l'odeur rassurante, sombrant bientôt dans un sommeil rassurant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les moulins de Don Notte Picolla   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les moulins de Don Notte Picolla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Coco Tautou
» ALEC&AMY ∞/!\ HOT ∞ « Bella Notte »
» Un angelo nella notte [Solo]
» Les p'tits dégourdis à la maison Cornec et aux moulins de Kerouat cet été
» Brasparts: le circuit des moulins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans 123 :: 123 :: Archives :: RP-